LE TRAVAILLEUR CATALAN

covid19

Et la gratuité des masques

Covid-19. La gratuité des masques, une exigence sanitaire et sociale. Obligatoires dans les transports en commun, dans les commerces, les espaces publics clos, dans des quartiers entiers de certaines villes et de villages touristiques, les masques sont incontournables pour qui souhaite mener une vie normale. Ils pèsent lourdement sur le budget des familles. S’ils freinent …

Et la gratuité des masques Lire la suite »

Relance bidon ou changement absolu de cap

Ces derniers jours, le nombre de malades du Covid 19 est en hausse régulière. La première urgence est donc de tout faire pour empêcher une reprise de l’épidémie en appliquant avec rigueur les gestes barrière. Mais que fait concrètement le gouvernement pour nous protéger, pour renforcer le système de santé ? Pas grand-chose… Certes l’obligation du …

Relance bidon ou changement absolu de cap Lire la suite »

Une institution en ordre de marche face à la crise

Conseil départemental. La collectivité est fortement mobilisée en cette période difficile, Françoise Fiter, Vice-présidente, évoque les dispositions mises en place. Dans le contexte d’épidémie et de confinement, les collectivités locales sont en première ligne. Le Conseil départemental des Pyrénées-Orientales a choisi de s’impliquer fortement pour soutenir les habitants du département. Françoise Fiter explique comment. Que peuvent …

Une institution en ordre de marche face à la crise Lire la suite »

Même pendant le confinement

Mesures sanitaire. Depuis près de cinq semaines, notre vie à toutes et tous est bouleversée par l’épidémie de Covid-19 et par les mesures prises pour la combattre. Nous devrons rester confiné.e.s encore plus d’une vingtaine de jours, le président de la République ayant annoncé la prolongation du confinement jusqu’au 11 mai. Mais ce déconfinement sera …

Même pendant le confinement Lire la suite »

Des militaires en renfort

(c) Eric Bises

Les accents guerriers de notre président se concrétisent avec l’arrivée à Perpignan d’une unité militaire pour « veiller » sur la ville. Sûr qu’on aurait préféré voir débouler docteurs, infirmiers et aides-soignants mais que voulez-vous, on a investi six milliards d’euros dans les dépenses militaires ; les soldats, c’est tout ce qu’il nous reste sur …

Des militaires en renfort Lire la suite »

À poil face au Covid

Plus de 46 infirmiers et infirmières libéraux des P.-O. ont lancé un cri d’alerte contre leur dénuement : manque de masques, surblouses, charlottes, gants… Pour illustrer ce dénuement, ils et elles, ont posé nus pour être entendus. Buzz assuré sur les réseaux sociaux. « Nous voulons absolument faire réagir, aller au clash. Il faut qu’on nous …

À poil face au Covid Lire la suite »

Attestation, soumission, rébellion

Covid-19. Après l’abattement dû au confinement, la léthargie qui s’en suit, vient ensuite l’envie de prendre l’air. Au fil des jours, la privation de la liberté d’actions devient lourde à supporter. Le besoin de sortir de chez soi, d’arpenter la nature, d’aller chercher du pain, des légumes frais, devient vital pour le moral et le …

Attestation, soumission, rébellion Lire la suite »

« Pour vous nourrir, on prend des risques ! »

Centres commerciaux. En France les employés des supers et hypermarchés font face à une clientèle susceptible d’être contaminée par le coronavirus. Erine*, employée dans les Pyrénées-Orientales d’une des grandes enseignes françaises, témoigne. Depuis l’annonce du confinement face au Covid 19, la population française est prise par un vent de panique, engendrant des comportements insensés dans …

« Pour vous nourrir, on prend des risques ! » Lire la suite »

Chute de la confiance dans l’exécutif

Covid-19. À force d’ordres et de contre-ordres l’exécutif se prend les pieds dans le tapis. Les français doute de leur capacité à gérer la crise.Une enquête de BVA, commencée le 19 mars, relève le 24 mars, au bout de 5 jours, une chute de 18 points de la confiance des français dans les capacités du …

Chute de la confiance dans l’exécutif Lire la suite »

SUR LE VIF

Macron 1er

©Montage Photographique

Mais pour qui se prend-il ? L’avez-vu, au Liban, l’œil haineux, tonnant contre un journaliste français qui avait eu l’audace de faire son travail ? Il reprochait à Georges Malbrunot, un confrère du Figaro qui fut otage durant cinq mois de l’armée islamique en Irak, d’avoir rendues publiques les intentions de la France vis-à-vis des autorités libanaises. 

Donc si je comprends bien, pour lui, il n’est de bon journaliste qu’un journaliste courtisan, aux ordres du prince ; il n’est de bonne presse qu’une presse couchée, à sa botte.

Rien d’étonnant de la part de ce Napoléon au petit pied si on se souvient que, sous son règne, deux plaintes et une menace de plainte ont déjà visé des médias, et que des journalistes ont eu droit aux interrogatoires de la DGSI pour leur soutirer leurs sources d’information.

Ainsi va la liberté de la presse sous la présidence de Macron 1er !

Une militante en garde à vue ?

Les intimidations n’entament en rien la détermination des militants.

Est-ce l’ambiance générale qui a ainsi poussé les gradés de la gendarmerie d’Ille-sur-Têt à mettre en garde à vue une militante de l’environnement ? Peut-être. Elle a été libérée le soir même. Il lui était reproché un « décrochage du portrait de Macron » dans une mairie avoisinante. Ces actions, maintenant bien connues et qui se poursuivent, tentent d’alerter et de signifier symboliquement l’inaction persistante du président et de son gouvernement dans le domaine de l’environnement et du réchauffement climatique. Elles sont chaque fois l’occasion de rappeler l’urgence d’agir, pour ne pas oublier. L’ANV Cop 21 en est l’ initiatrice. NV signifie « non violente ». La garde à vue, en général, existe pour poursuivre une enquête quand cela est nécessaire, pour empêcher une fuite et pour couper toute communication avec d’autres personnes. Étions-nous vraiment, dans ce cas précis, placés face à de telles possibilités, à de tels risques ? Chacun jugera. 

Mayotte: l’État jette de l’huile sur le feu

La situation sociale catastrophique qui règne à Mayotte, alliée à la crise sanitaire qui a déstructuré l’économie de survie, a conduit à un regain de violences au mois d’août. Alors qu’un geste fort de l’État était attendu pour apaiser ces tensions, le préfet de Mayotte a fait une déclaration stigmatisant ouvertement les étrangers et faisant l’amalgame entre la délinquance et l’immigration. « Depuis le 16 mars, nous ne pouvons plus reconduire les étrangers en situation irrégulière ». « Ce n’est pas politiquement correct, mais je le dis et j’assume mes propos : il y a un lien direct entre l’arrêt de l’éloignement et la flambée de violences ».

Silence sur les droits de l’homme…

La tension entre la Grèce et la Turquie a légèrement baissé avec le retour du navire de recherche déployé par Ankara pour un gisement d’hydrocarbure dans la zone de souveraineté grecque. Mais les relations restent tendues entre l’État ottoman et Paris. Ainsi après la vente d’avions Rafale à la Grèce, le président turc Recep Erdogan s’en est pris au président français : « Monsieur Macron, vous n’avez pas fini d’avoir des ennuis avec moi. » Il est vrai que le chef de l’Etat s’est inquiété depuis plusieurs semaines de la volonté du président turc de faire la loi en Méditerranée. Mais l’on peut regretter que, contrairement à sa réaction face à la situation biélorusse, il n’ait pas eu un mot pour condamner les graves atteintes aux droits de l’homme qui ont lieu depuis des années dans la dictature turque.

Brexit encore et toujours !

©Foreign and Commonwealth Office

L‘accord de sortie de l’UE, signé le 31 janvier, était censé être définitif en décembre moyennant des aménagements sur la pêche et l’ Irlande. Or Boris Johnson veut revenir sur l’accord initial quitte à aboutir à un no deal qui aurait des conséquences économiques dramatiques. Au grand dam de certains lords outrés que le RU puisse ne pas respecter les règles internationales. S’agit-il d’un bluff ? Probablement. Bluff qui pourrait aboutir vu que seul un front uni de refus des 27 pourrait le faire reculer. Unité loin d’être assurée.

La gauche rassemblée. Une stratégie payante

©Semathie

Dans les Bouches-du-Rhône, faisant suite à la conquête de Marseille, la gauche s’est rassemblée pour les sénatoriales et vise trois sièges sur les 8 octroyées à ce département. En 2015, elle n’en avait obtenue qu’un seul avec Samia Ghali (PS). La liste sera conduite par Jérémy Bacchi (PCF), suivi de Marie-Arlette Carlotti (PS) et Guy Benarroche (EELV). Les organes nationaux des trois partis ont validé cette stratégie de rassemblement.

« Nous avons enfin trouvé un accord pour partir rassemblés », se félicite Jérémy Bacchi, tête de liste PCF. Le secrétaire départemental du PCF 13 salue « le courage et l’esprit de responsabilité » de ses colistiers qui ont accepté les seconde et troisième positions. « C’est un accord qui vient du terrain », ajoute Marie-Arlette Carlotti (PS). Guy Benarroche (EELV) insiste, quant à lui, sur « l’importance de bâtir une liste d’union ».

Cette exemple pourrait montrer la voix d’un large rassemblement des forces de progrès, partout dans le pays, pour les départementales et les régionales de mars prochain.

Le 10 octobre

©Tyseria

Le PCF appelle à des rassemblements devant les préfectures le 10 octobre pour demander au gouvernement des actes concrets dans le cadre du plan de relance pour sauver les services publics.

Une rentrée sociale particulière

©Ismaelelhajri

« Cette rentrée va être forte, agitée. La CGT appelle à une journée d’action le 17 septembre car la situation sociale n’est pas acceptable avec plus de 300 plans sociaux en cours… »

Ian Brossat porte parole du PCF