LE TRAVAILLEUR CATALAN

loi sécurité globale

Le camp de la liberté passe à l’offensive

Riposte. Face à l’extrême droite et à un climat délétère, samedi dernier, 150 000 manifestants dans les rues du pays. Samedi 12 juin, à l’appel de 120 syndicats, partis politiques, associations, médias et collectifs, 150 rassemblements et manifestations ont regroupé plus de 150 000 participants « pour les libertés et contre les idées d’extrême droite » dans tout le …

Le camp de la liberté passe à l’offensive Lire la suite »

La spirale de la violence en question

Sécurité. Dans un contexte d’une dérive autoritaire qui ne règle rien, les classes populaires paient le prix fort de l’insécurité qui s’ajoute à leur précarisation. Cela doit cesser, mais comment ?  Des syndicats de police, majoritairement influencés par la droite extrême, ont mis la pression, à l’occasion de la mort en service de deux de …

La spirale de la violence en question Lire la suite »

Pire pour les journalistes

L’article 24 de la proposition de loi « sécurité globale » a cristallisé les inquiétudes légitimes de très nombreux citoyens. Cet article créait un nouveau délit : la diffusion, par tout moyen, de « l’image du visage ou tout autre élément d’identification » d’un policier ou d’un gendarme en intervention pouvait valoir à son auteur un an de prison et de …

Pire pour les journalistes Lire la suite »

Cette France qui se fait face !

Pour la troisième semaine consécutive des rassemblements ont eu lieu dans toutes les grandes villes de notre pays pour le retrait de la loi de sécurité globale. à Perpignan, le collectif ORDL (Observatoire pour le respect des droits et libertés), composé d’une vingtaine d’organisations sociales, politiques et associatives, appelait à manifester samedi dernier. Environ 500 …

Cette France qui se fait face ! Lire la suite »

La loi Sécurité globale ne passe pas

Mobilisation. En dépit du confinement, de la proximité de Noël, la mobilisation contre la loi « Sécurité globale » ne cède pas. Une forte sensibilité à la dérive autoritariste du pouvoir, à cette offensive inédite contre les libertés s’exprime dans le pays. Les manifestations se succèdent, toujours très fournies, les prises de position contre la loi se …

La loi Sécurité globale ne passe pas Lire la suite »

Escalade

Violences policières. En plein débat sur la loi « sécurité globale », les policiers ont à quelques jours d’intervalle fait preuve d’une violence inouïe d’abord à l’encontre d’un campement de migrants, puis d’un producteur de musique. Après plusieurs nuits d’errance de plus de 400 personnes suite à la fermeture du camp de migrants de Saint-Denis, les associations …

Escalade Lire la suite »

Sauve qui peut

Le gouvernement se retrouve aujourd’hui en fâcheuse posture, on est tenté de dire qu’avec la loi au doux nom de « sécurité globale » et, notamment le fameux article 24, il l’a bien cherché. Vouloir interdire la diffusion des images de la police en intervention sans flouter les visages, au moment même où des policiers se signalent …

Sauve qui peut Lire la suite »

Pleins pouvoirs aux forces de l’ordre

Loi sécurité globale. Les libertés publiques sont en danger. Les manifestants seront filmés mais pas les policiers. Un texte rédigé par des parlementaires de la majorité et soutenu par le gouvernement a été approuvé par les partis de droite. Son entrée en vigueur conduirait à une surveillance généralisée de la population et à une restriction …

Pleins pouvoirs aux forces de l’ordre Lire la suite »

Sécurité globale : l’Onu tacle le gouvernement français

12 novembre 2020. L’Onu s’inquiète des dispositions de la loi de sécurité globale. Un texte émanant de trois rapporteurs mandatés par l’ONU a été adressé au gouvernement français le 12 novembre dernier. Il s’ouvre ainsi : « Nous vous proposons des commentaires et suggestions à propos de la proposition de loi n° 3452 relative à la sécurité …

Sécurité globale : l’Onu tacle le gouvernement français Lire la suite »

SUR LE VIF

Courrier des lecteurs. Le postier, l’usager, l’abonné, le quotidien

Merci à Michel Marc pour son article sur le mouvement des postiers (Le T.C. du 8.10, p. 6), qui montre bien qu’en défendant un service public on défend à la fois ses salariés et ses usagers.

Et merci surtout pour le lien qu’il établit entre la cause de la Poste et celle de la Presse. « Nous ne pouvons faire notre métier correctement », disent les syndicats. Cette dégradation du service, si quelque chose la rend particulièrement sensible, c’est bien le cas de tous ces abonnés, qui sont très couramment empêchés de lire leur journal quotidien le jour de sa parution. Et qui sont incités par là à renoncer à l’abonnement.

Et ce qui devrait indigner, c’est la désinvolture avec laquelle les échelons supérieurs de l’administration postale prennent leur parti de cette dégradation. Je le montrerais, hélas, de façon convaincante, si j’entrais ici dans le détail du contentieux qui nous oppose, ma femme et moi, en notre qualité d’abonnés à l’Humanité quotidienne, à la direction du service courrier de la Poste de Céret, 

« Les citoyens doivent maintenant s’en mêler », dit un gréviste cité par M. Marc. C’est vrai, et avec eux les élus qui se veulent à leur écoute. Et si c’est vrai du combat global en faveur du service public postal, c’est non moins vrai d’une affaire dans laquelle sont en cause non seulement le salarié et l’usager, mais aussi la presse quotidienne la plus menacée, celle qui se bat pour survivre, face à des médias diversement acquis au capitalisme. Patrick Le Hyaric, en quittant sa charge de directeur de l’Humanité, mettait au nombre des fardeaux qu’il laisse à porter à son successeur, « la stratégie inquiétante de La Poste, qui délaisse la distribution journalière » (L’Huma, 27.9.21, p. 8)

J.P. Kaminker

Quand l’évasion fiscale donne le tournis…

Les pandora papers, c’est-à-dire la publication par un consortium international de journalistes d’investigation de documents confidentiels, font état d’une évasion fiscale à large échelle atteignant les 11 300 milliards de dollars, soit 9718 milliards d’euros… Des chiffres tellement énormes que tout un chacun a beaucoup de mal à se représenter la somme. 

Donc voici quelques précisions

Pour atteindre une somme de 9718 milliards d’euros il vous faut 19,436 milliards de billets de 500 €, soit une pile de billets de 2332,32 kilomètres de hauteur, 6 fois la hauteur à laquelle se promène la station spatiale internationale. En mettant ces billets bout à bout, vous obtiendrez une file de billets de 3 109 760 kilomètres, soit à peu près 8 fois la distance de la Terre à la Lune ou 77 fois le tour de notre bonne vielle planète.

L’ampleur de l’évasion fiscale représente 4 fois le PIB de la France, 1330 fois celui d’un pays comme le Malawi. Ajoutons que l’évasion fiscale représente 42 fois le budget annuel (267 milliards de dollars) jugé nécessaire par l’ONU, pour éradiquer la faim dans le monde.
… et laisse mourir de faim des milliers d’êtres humains !

Côte Vermeille. Les 100 ans du communiste Louis Baloffi

© DR. Attentif à ce qui l’entoure, Louis Baloffi un centenaire bon pied bon oeil.

Les communistes de la Côte Vermeille ont honoré autour d’un repas convivial le centenaire de leur camarade Louis Baloffi. Né à Collioure, où il habite toujours dans la maison de son père, Louis Baloffi a été honoré publiquement par la mairie de Collioure le 24 septembre dernier en présence de quatre cent personnes. Le 9 octobre, c’est sa cellule de la côte Vermeille, à laquelle s’était joint Jacky Pugnet, président de l’Amicale 66 des Vétérans du PCF, qui l’accueillait au Café Sola, un lieu pour lui familier. Marie-Françoise Sanchez, secrétaire de la section A.M.I. du PCF, a retracé devant les assistant.e.s le passé actif et militant de Louis. Après un long passage dans la marine marchande, il a exercé à Collioure comme vigneron et pécheur. Suivant l’exemple de son père qui avait déjà été conseiller municipal, il a été lui-même à plusieurs reprises conseiller municipal de Collioure, délégué à la pêche et à la mer. Vif et attentif à ce qui l’entoure, Louis Baloffi a participé avec bonheur et attention à ce beau repas fraternel.

Annonces – événements – rendez-vous

Rendez-vous
1939. La Retirada des colonies d’enfants basées en Catalogne

Vendredi 15 octobre à 17h30 – Salle Novelty à Banyuls-sur-Mer
Conférence de Georges Sentis.

Contre la politique de grignotage des terres naturelles

Vendredi 15 octobre à 18h devant la mairie d’Argelès-sur-Mer.
Rassemblement citoyen à l’appel d’un collectif d’associations pour l’environnement.

Pour un retour au fonctionnement démocratique du Secours populaire français

Rencontre samedi 16 octobre à partir de 8h30 devant le Palais des Rois de Majorque
Comité des impopulaires.

Assemblée Générale de l’ASTI 66

Mercredi 20 octobre à 17h30 – 7, rue Émile-Zola à Perpignan.

UPTC. SOS Culture et L’ABC des acteurs et actrices du cinéma français

Vendredi 29 octobre à 18h30 – 44, avenue de Prades à Perpignan.
Conférence de Serge Regourd.

La Poste veut-elle tuer la presse ?

© Delgé.

Alors que la presse, élément indispensable au fonctionnement de la démocratie, connaît une crise profonde face à la hausse des coûts de production, de l’impression et du papier, face à la diminution du nombre de marchands de journaux, face au pillage des recettes publicitaires par les géants du numérique, alors que les concentrations capitalistiques mettent gravement en danger son pluralisme, la Poste, en délaissant la distribution journalière, a choisi une stratégie qui pourrait s’avérer fatale pour nombre de titres.

Décès de Michel Tubiana. Une déclaration de Dominique Noguères, vice-présidente de la LDH

J’ai mis du temps à m’exprimer car cela m’était impossible tant j’étais sous le choc. Je n’aime pas faire de la concurrence entre les morts. Mais je dois avouer que la coïncidence des dates du décès de Michel Tubiana et de Bernard Tapie et le traitement médiatique qui en est fait m’interpelle.

Michel c’était outre le Président d’honneur de la Ligue des droits de l’Homme, l’artisan du processus de paix et du désarmement des basques. Ce n’est pas rien. Pour celles et ceux qui s’en souviennent le grand moment à Biarritz où Michel était rayonnant du travail accompli, et quel travail, pour le désarmement de l’organisation ETA, mais aussi  pour son engagement auprès des Kanaks, comme auprès des Sahraouis comme j’en fus le témoin lors d’une mission commune. Son travail inlassable et son soutien aux camarades tunisiens harcelés par Ben Ali, son engagement sans faille pour la cause palestinienne.

Oui Michel c’était tout cela aussi, je pense que nous le rappellerons lors de l’hommage qui lui sera rendu. De tout cela bien peu en ont parlé préférant le côté flamboyant de Bernard Tapie.

Sarkozy, après la Rolex… le bracelet

© Delgé.

Pour « financement illégal de campagne », concernant ses comptes de la présidentielle de 2012, Nicolas Sarkozy a été condamné à trois ans de prison dont un an ferme. La peine doit être effectuée à domicile. Dans cette affaire, quatorze prévenus ont été condamnés à des peines de prison allant de deux à trois ans et à des amendes : les cadres de la société Bygmalion, la direction de campagne, les membres et salariés de l’UMP. Après cinq années d’enquête, Sarkozy devrait être aussi jugé pour « recel de fonds libyens », « corruption passive » et « association de malfaiteurs ». 

En 2014, l’ex-chef de l’Etat réclamait : « Qu’il n’y ait pas d’aménagement de peine pour celles supérieures à 6 mois ».
Ses avocats ont fait appel de cette condamnation. La suite au prochain épisode…

Les enseignants mobilisés ont exprimé leur mécontentement

© letc.

Chez les enseignants, le mécontentement est grand. La question des moyens, des salaires et des postes s’impose, au centre des revendications. Mais il y a aussi le mépris dans lequel le gouvernement les tient, le sens du métier lui-même et les réformes, lycées et collèges, qui ne passent pas. Pour la réussite des élèves, pour une Éducation nationale apaisée, reconnue et efficace, à l’appel de Solidaires, de la FSU et de la CGT, ils étaient trois cents manifestants dans les rues de Perpignan, le jeudi 23 septembre.