LE TRAVAILLEUR CATALAN

Culture

Frères et sœur : le Trio Métral

Amis d’Alain Marinaro. S’exercer en famille, un atout majeur pour le Trio Métral, qui s’est produit les 15 et 16 février, à Céret et à Banyuls-sur-Mer. La fougue, une fougue brillante et enjouée, témoin d’une parfaite entente au sein du trio, telle est la première impression ressentie à l’écoute du Trio avec clavier en sol majeur Hob …

Frères et sœur : le Trio Métral Lire la suite »

Je viens d’où tu vas

Conte musical. Un doux mélange de poésie, de musiques et réminiscences autour de l’enfance. Je viens d’où tu vas, ce spectacle musical jeune public, existe depuis plus d’un an. Il fait appel à la mémoire de chacun et révèle en toile de fond combien l’enfance construit l’adulte de demain. Davy Kilembé et Samir Mouhoubi nous font …

Je viens d’où tu vas Lire la suite »

Militant pour la musique

Livre. Michel Peus publie le deuxième tome de sa chronique sur la vie musicale en Roussillon ; il couvre la période 1964-1984. Michel Peus n’est pas que pianiste, ses origines familiales, son parcours l’ont amené à être au cœur de la vie musicale de notre département. Une expérience au long cours qu’il a voulu faire connaître …

Militant pour la musique Lire la suite »

Yōkai, remède au désespoir

Théâtre de Thuir. Le collectif Krumple propose à travers un jeu sans texte, une fable contemporaine. Lesyōkai, « esprit », « fantôme », « démon», « apparition étrange », sont un type de créatures surnaturelles dans le folklore japonais. On retiendra avant tout « l’apparition étrange» des six curieux personnages, étayés par un jeu corporel amplifié, qui inventent une forme de narration pleine …

Yōkai, remède au désespoir Lire la suite »

Le roi Lear, d’après William Shakespeare

Alénya. La Compagnie provisoire, qui a bénéficié d’une résidence, a présenté le 8 février son nouveau spectacle « Le roi Lear ». Le 8 février la Compagnie provisoire a joué à Alénya la Chronique véridique de la vie et de la mort du roi Lear et de ses trois filles, premier titre du Roi Lear auquel …

Le roi Lear, d’après William Shakespeare Lire la suite »

Détresse adolescente

Théâtre. L’Archipel présentait First Trip, mis en scène par Katia Ferreira et la Compagnie 5é Quart, tiré de Virgin suicides, roman de l’Américain Jeffrey Eugenides, sorti en 1993. Dans les années 70 dans une cité pavillonnaire de Détroit, cinq sœurs se donnent la mort. Elles avaient entre 13 et 17 ans. Vingt ans après, des garçons …

Détresse adolescente Lire la suite »

1920, le congrès de Tours

UPTC. L’année 2020 est celle du centenaire du Parti communiste français. Pour cet anniversaire il y aura quatre conférences-débats et un colloque en novembre. Samedi 15 février portera sur l’acte de naissance de ce parti, par l’historien Serge Wolikow. Dans quel contexte historique se tient le congrès de Tours ? Dans l’hiver1920 la vie politique française …

1920, le congrès de Tours Lire la suite »

Belly Button, de l’art graphique au tatouage

Expo. Belly Button présente une série de dessins numérique à découvrir à Elmediator. Un nom singulier pour un univers graphique qui l’est autant dans le monde du tatouage. Belly Button, de son vrai nom Fabien Batista, explore le geste et le dessin avec précision et sensibilité. Inspiré par les estampes et les tatouages japonais, il parle …

Belly Button, de l’art graphique au tatouage Lire la suite »

Un flot qui emporte tout

Exposition. La rétrospective d’Orsten Groom qui se définit comme artiste indépendant, autogéré et marginal est à voir à Centmètresducentredumonde jusqu’au 8 mars. La découverte de cette cinquantaine de toiles en grands et moyens formats est comme un uppercut. Sur trois niveaux, un déferlement de couleurs, de coulures d’enchevêtrements de lignes, de formes sature chaque toile. Dans …

Un flot qui emporte tout Lire la suite »

La vie plutôt que la mort…

Exposition. L’antenne locale d’Amnesty International ouvre les portes du couvent des Minimes avec un sujet toujours d’actualité dans 56 pays et qui fait débat : “La peine de mort”. « Partout où la peine de mort est prodiguée, la barbarie domine «  Victor HUGO Victor Hugo qui n’aura de cesse de mener ce combat difficile par la plume, …

La vie plutôt que la mort… Lire la suite »

SUR LE VIF

« Le racisme n’est pas une opinion mais un délit »

Le député communiste et candidat à la présidentielle, Fabien Roussel, porte actuellement une proposition de loi pour rendre inéligibles les personnes condamnées pour racisme ou incitation à la haine. Le parlementaire travaille avec son groupe pour renforcer la loi Gayssot qui tend à réprimer tout acte raciste, antisémite ou xénophobe. Cette nouvelle loi aura pour but de rendre inéligibles ceux qui ont été condamnés.

Il y a actuellement « une dérive du débat en France où de plus en plus d’orateurs se permettent de tenir des propos outranciers, racistes… Et pour autant, ils peuvent se permettre de se présenter aux élections et de remettre en cause les valeurs de la République », s’insurge Fabien Roussel.

Il rappelle « que le racisme n’est pas une opinion mais un délit ». La loi actuelle rend inéligible quelqu’un reconnu coupable de crimes et délits. Il propose donc d’ajouter « délits liés à des propos racistes ».

Annonces, événements, rencontres, rendez-vous

Rendez-vous
©Pixabay.
Inauguration de la librairie « Le cheval dans l’arbre »

Samedi 23 octobre à 14h30 à Céret.

Association Traditions Catalanes

Dimanche 24 octobre, dès 15h, salle des fêtes d’Elne. 
Après-midi récréatif avec l’orchestre Baïlamor.

Vente des produits SCOP-TI/1336

Jeudi 28 octobre de 15h à 17h – UD CGT – 8, rue de la Garigolle à Perpignan.
Vendredi 29 octobre de 16h30 à 18h30 – 44, avenue de Prades à Perpignan.

Réunion d’information sur le projet départemental de complexe routier pour Céret et ses environs

Vendredi 29 octobre à 18h – Foyer rural de Maureillas-las-Illas.

UPTC. SOS Culture et L’ABC des acteurs et actrices du cinéma français

Vendredi 29 octobre à 18h30 – 44, avenue de Prades à Perpignan.
Conférence de Serge Regourd.

Courrier des lecteurs. Le postier, l’usager, l’abonné, le quotidien

Merci à Michel Marc pour son article sur le mouvement des postiers (Le T.C. du 8.10, p. 6), qui montre bien qu’en défendant un service public on défend à la fois ses salariés et ses usagers.

Et merci surtout pour le lien qu’il établit entre la cause de la Poste et celle de la Presse. « Nous ne pouvons faire notre métier correctement », disent les syndicats. Cette dégradation du service, si quelque chose la rend particulièrement sensible, c’est bien le cas de tous ces abonnés, qui sont très couramment empêchés de lire leur journal quotidien le jour de sa parution. Et qui sont incités par là à renoncer à l’abonnement.

Et ce qui devrait indigner, c’est la désinvolture avec laquelle les échelons supérieurs de l’administration postale prennent leur parti de cette dégradation. Je le montrerais, hélas, de façon convaincante, si j’entrais ici dans le détail du contentieux qui nous oppose, ma femme et moi, en notre qualité d’abonnés à l’Humanité quotidienne, à la direction du service courrier de la Poste de Céret, 

« Les citoyens doivent maintenant s’en mêler », dit un gréviste cité par M. Marc. C’est vrai, et avec eux les élus qui se veulent à leur écoute. Et si c’est vrai du combat global en faveur du service public postal, c’est non moins vrai d’une affaire dans laquelle sont en cause non seulement le salarié et l’usager, mais aussi la presse quotidienne la plus menacée, celle qui se bat pour survivre, face à des médias diversement acquis au capitalisme. Patrick Le Hyaric, en quittant sa charge de directeur de l’Humanité, mettait au nombre des fardeaux qu’il laisse à porter à son successeur, « la stratégie inquiétante de La Poste, qui délaisse la distribution journalière » (L’Huma, 27.9.21, p. 8)

J.P. Kaminker

Quand l’évasion fiscale donne le tournis…

Les pandora papers, c’est-à-dire la publication par un consortium international de journalistes d’investigation de documents confidentiels, font état d’une évasion fiscale à large échelle atteignant les 11 300 milliards de dollars, soit 9718 milliards d’euros… Des chiffres tellement énormes que tout un chacun a beaucoup de mal à se représenter la somme. 

Donc voici quelques précisions

Pour atteindre une somme de 9718 milliards d’euros il vous faut 19,436 milliards de billets de 500 €, soit une pile de billets de 2332,32 kilomètres de hauteur, 6 fois la hauteur à laquelle se promène la station spatiale internationale. En mettant ces billets bout à bout, vous obtiendrez une file de billets de 3 109 760 kilomètres, soit à peu près 8 fois la distance de la Terre à la Lune ou 77 fois le tour de notre bonne vielle planète.

L’ampleur de l’évasion fiscale représente 4 fois le PIB de la France, 1330 fois celui d’un pays comme le Malawi. Ajoutons que l’évasion fiscale représente 42 fois le budget annuel (267 milliards de dollars) jugé nécessaire par l’ONU, pour éradiquer la faim dans le monde.
… et laisse mourir de faim des milliers d’êtres humains !

Côte Vermeille. Les 100 ans du communiste Louis Baloffi

© DR. Attentif à ce qui l’entoure, Louis Baloffi un centenaire bon pied bon oeil.

Les communistes de la Côte Vermeille ont honoré autour d’un repas convivial le centenaire de leur camarade Louis Baloffi. Né à Collioure, où il habite toujours dans la maison de son père, Louis Baloffi a été honoré publiquement par la mairie de Collioure le 24 septembre dernier en présence de quatre cent personnes. Le 9 octobre, c’est sa cellule de la côte Vermeille, à laquelle s’était joint Jacky Pugnet, président de l’Amicale 66 des Vétérans du PCF, qui l’accueillait au Café Sola, un lieu pour lui familier. Marie-Françoise Sanchez, secrétaire de la section A.M.I. du PCF, a retracé devant les assistant.e.s le passé actif et militant de Louis. Après un long passage dans la marine marchande, il a exercé à Collioure comme vigneron et pécheur. Suivant l’exemple de son père qui avait déjà été conseiller municipal, il a été lui-même à plusieurs reprises conseiller municipal de Collioure, délégué à la pêche et à la mer. Vif et attentif à ce qui l’entoure, Louis Baloffi a participé avec bonheur et attention à ce beau repas fraternel.

Annonces – événements – rendez-vous

Rendez-vous
1939. La Retirada des colonies d’enfants basées en Catalogne

Vendredi 15 octobre à 17h30 – Salle Novelty à Banyuls-sur-Mer
Conférence de Georges Sentis.

Contre la politique de grignotage des terres naturelles

Vendredi 15 octobre à 18h devant la mairie d’Argelès-sur-Mer.
Rassemblement citoyen à l’appel d’un collectif d’associations pour l’environnement.

Pour un retour au fonctionnement démocratique du Secours populaire français

Rencontre samedi 16 octobre à partir de 8h30 devant le Palais des Rois de Majorque
Comité des impopulaires.

Assemblée Générale de l’ASTI 66

Mercredi 20 octobre à 17h30 – 7, rue Émile-Zola à Perpignan.

UPTC. SOS Culture et L’ABC des acteurs et actrices du cinéma français

Vendredi 29 octobre à 18h30 – 44, avenue de Prades à Perpignan.
Conférence de Serge Regourd.

La Poste veut-elle tuer la presse ?

© Delgé.

Alors que la presse, élément indispensable au fonctionnement de la démocratie, connaît une crise profonde face à la hausse des coûts de production, de l’impression et du papier, face à la diminution du nombre de marchands de journaux, face au pillage des recettes publicitaires par les géants du numérique, alors que les concentrations capitalistiques mettent gravement en danger son pluralisme, la Poste, en délaissant la distribution journalière, a choisi une stratégie qui pourrait s’avérer fatale pour nombre de titres.

Décès de Michel Tubiana. Une déclaration de Dominique Noguères, vice-présidente de la LDH

J’ai mis du temps à m’exprimer car cela m’était impossible tant j’étais sous le choc. Je n’aime pas faire de la concurrence entre les morts. Mais je dois avouer que la coïncidence des dates du décès de Michel Tubiana et de Bernard Tapie et le traitement médiatique qui en est fait m’interpelle.

Michel c’était outre le Président d’honneur de la Ligue des droits de l’Homme, l’artisan du processus de paix et du désarmement des basques. Ce n’est pas rien. Pour celles et ceux qui s’en souviennent le grand moment à Biarritz où Michel était rayonnant du travail accompli, et quel travail, pour le désarmement de l’organisation ETA, mais aussi  pour son engagement auprès des Kanaks, comme auprès des Sahraouis comme j’en fus le témoin lors d’une mission commune. Son travail inlassable et son soutien aux camarades tunisiens harcelés par Ben Ali, son engagement sans faille pour la cause palestinienne.

Oui Michel c’était tout cela aussi, je pense que nous le rappellerons lors de l’hommage qui lui sera rendu. De tout cela bien peu en ont parlé préférant le côté flamboyant de Bernard Tapie.