LE TRAVAILLEUR CATALAN

Nicolas GARCIA

Masqués mais pas muselés !

Perpignan. Les trois derniers présidents (destitués) de la Generalitat de Catalunya ont tenu une conférence de presse le 9 octobre. Carles Puigdemont, Artur Mas et QuimTorra poursuivis, condamnés, disqualifiés ou destitués par la justice espagnole se sont donné rendez-vous dans la capitale de Catalogne nord. Celles et ceux qui réclament pacifiquement et démocratiquement pour le …

Masqués mais pas muselés ! Lire la suite »

Dans cinq mois à peine

Départementales et Régionales. Les deux assemblées seront renouvelées le même jour en mars prochain, un défis pour la gauche face à une droite et son extrême avides de revanche. Même si ce n’est pas la préoccupation première des Françaises et Français, inquiets aujourd’hui des questions sociales, d’emploi ou de santé liées à la Covid19, les …

Dans cinq mois à peine Lire la suite »

Quim Torra destitué par le tribunal suprême d’Espagne

Dans l’histoire de la Catalogne, un bon nombre des 135 présidents de la Generalitat de Catalunya ont été poursuivis, emprisonnés, exilés et même fusillés… Les deux derniers sont Carles Puigdemont et Quim Torra. Celui-ci avait été élu majoritairement par les députés du parlement autonome de Catalogne pour succéder à Carles Puigdemont contraint à l’exil pour …

Quim Torra destitué par le tribunal suprême d’Espagne Lire la suite »

Protéger la population. Relever le défi de la crise (introduction)

La pandémie du Covid-19, place notre pays et l’ensemble de l’Humanité face à d’immenses défis. A commencer par celui de sauver les vies menacées et de protéger toute la population. C’est une crise de civilisation qui révèle les méfaits désastreux de dizaines d’années de capitalisme ultra-libéralisé qui ont fragilisé nos services publics, notre industrie et …

Protéger la population. Relever le défi de la crise (introduction) Lire la suite »

Pendant et après la crise du Covid-19, réinventons les jours heureux !

Covid-19. Nous vaincrons cet ennemi mais comme le Conseil National de la Résistance en 1943, nous devons en sortir avec une nouvelle ambition de « jours heureux », avec le projet d’un monde nouveau, le productivisme en moins. Combien de temps va durer cette situation ? Avec le confinement nous réapprenons des gestes solidaires simples, …

Pendant et après la crise du Covid-19, réinventons les jours heureux ! Lire la suite »

SUR LE VIF

SOS Méditerranée a besoin de vous

(c) DR.


Suite à cinq immobilisations en cinq mois par les autorités italiennes, il n’y a plus aucun navire humanitaire de sauvetage présent en Méditerranée centrale. Après l’Alan Kurdi et l’Aita Mari au mois de mai, c’était au tour du Sea Watch 3 et de l’Océan Viking d’être immobilisés en juillet. En août, le Sea Watch 4 a également rejoint la liste des navires civils systématiquement empêchés dans la conduite de leur mission vitale. Les conséquences de ce harcèlement administratif incessant ?
D’après l’association AlarmPhone, au moins 190 personnes auraient perdu la vie ces deux dernières semaines. Sans compter celles qui ont disparu sans témoin et sans personne pour leur porter assistance, comme l’exige le droit maritime international. L’association ne se résout pas à abandonner celles et ceux qui continuent de fuir au péril de leur vie.
Face au cynisme et à la résignation, elle appelle à votre soutien pour donner les moyens de tout mettre en œuvre pour libérer le navire et reprendre au plus vite les missions de sauvetage !

https://www.sosmediterranee.fr

Sauvée !

Journal la Marseillaise

Dernièrement les salariés et les Amis de La Marseillaise ont fait déjouer l’offre de reprise de Xavier Niels, propriétaire de La Provence, qui voulait casser le titre et sa ligne éditoriale pour simplement récupérer le fameux « Mondial La Marseillaise » de pétanque qui rapporte gros.
Le tribunal de commerce vient de valider l’offre de reprise portée par le groupe Maritima Médias, groupe parapublic de Martigues connu et apprécié localement. Cette offre est soutenue par la municipalité de Martigues et Pierre Dharréville député de la circonscription. Elle permet de maintenir le niveau d’emploi et de garantir l’indépendance de la ligne éditoriale.
Cette victoire et ce soulagement ont été l’œuvre des salariés, de l’association Les Amis de La Marseillaise, de ces milliers de lecteurs et d’abonnés à ce journal qui ont pesé dans cette reprise. C’est une victoire pour le pluralisme de la presse.
À l’heure où de nombreux médias sont en crise, cette reprise permet d’imaginer des lendemains qui chantent. Le journal revient de loin : la liquidation judiciaire, avec poursuite d’activité avait été prononcée en juillet, l’entreprise se plaçant dans la foulée sous la protection du tribunal.
Le Travailleur Catalan salue cette reprise, il sait l’importance des lecteurs, de ses amis et le poids des abonnements dans la pérennité d’un journal. Il souhaite bon vent à son confrère, le journal La Marseillaise.

L’hommage à Odette

C’est un bel et émouvant hommage qui a été rendu à Odette Sabaté samedi dernier devant la mairie de Ria, ce village cher à son cœur, ce jour-là baigné de soleil. Famille, amis et camarades s’étaient regroupés, découvrant sur une stèle le visage souriant d’Odette dessiné par Jean-Pierre Castillo. Pour évoquer le souvenir de cette femme d’exception, plusieurs interventions se sont succédées. Jean Maury, maire de la commune, Pierre Chevalier pour l’ANACR, Françoise Fiter pour le parti communiste, Jean Radvany, fils d’Odette, Tibor, petit-fils. Au fil des propos se révélait le portrait de la femme, la résistante, la dirigeante communiste, la mère, la grand-mère adorée. Une femme de courage, une « battante » que les épreuves n’ont pas brisée, une femme de conviction, qui n’a jamais cessé de défendre les valeurs de justice et de démocratie. On retrouvait aussi une femme qui aimait la vie et ses petits bonheurs, qui, toujours, chantonnait, sifflait, aimait cuisiner et les balades en Conflent. Odette n’a jamais fait étalage de ses hauts faits, et pourtant… Ses petits-enfants ont longtemps ignoré son passé. Comme le confiait Tibor avec une pointe d’humour, pour lui et sa sœur, Odette a longtemps été « une grand-mère comme les autres », puis il y a eu le moment où ils ont découvert qu’elle était un peu plus que ça…
Odette nous a quittés mais son souvenir, celui de ses combats doit demeurer, saluons donc la décision de donner son nom à l’école de Ria.

Juliette Gréco s’en est allée

Juliette Greco op Schiphol *29 maart 1966

Femme de cœur et de grand talent. Femme libre et rebelle, se moquant des modes et des conformismes. Femme engagée, toujours du côté des « sans ».
Sa présence formidable, sa voix profonde si émouvante nous manqueront, mais ses chansons resteront inoubliables.

Hommage à Odette Sabaté

Ancienne résistante, elle sera déportée à Ravensbruck avec sa mére et sa sœur et elle sera la seule à en revenir. Militante  attachée à l’idéal communiste et à la cause des femmes, engagée très jeune aux côtés des Brigades internationales en Espagne, Odette Sabaté-Loiseau nous a quittés il y a quelques semaine à l’âge de 96 ans.
Un hommage sera rendu à Odette Sabaté dans le village de sa famille, dimanche 4 octobre à 11h à la mairie de Ria-Sirach.
À cette occasion prendront la parole le maire de Ria-Sirach, le fils d’Odette, Pierre Chevalier pour l’ANACR et Françoise Fiter pour le PCF.

Le secours populaire invente « l’accès culture » à Cabestany

(c) DR.

Mardi, 21 septembre, le comité de Cabestany a tenu son assemblée générale en présence de bon nombre de ses bénévoles et de plusieurs invités.
Outre les activités traditionnelles (colis alimentaires, braderie, vacances, Pères Noël Verts…), un accent particulier a été mis sur l’aide aux sports (38 jeunes aidés en 2019 et un objectif de 50 en 2020) financée grâce à la course pédestre, La Cabestanyenca.
Le comité innovera cette année avec la mise en place de «l’accès culture», permettant aux ayants droit d’aller au cinéma ou au théâtre pour 1 € en collaboration avec le service culturel de la Mairie de Cabestany
Rémi Lacapere, conseiller départemental, Gérard Bosh, adjoint aux sports et représentant le maire de Cabestany, et Aurélie ROBIC, secrétaire générale de la fédération départementale du Secours populaire se sont rejoints pour souligner la vitalité du comité et l’ont assuré de leur soutien.

Conflent. La fête de la pomme n’aura pas lieu en 2020

(c) PxHere.


Pour la première fois depuis sa création, il y a 37 ans, la fête de la pomme est annulée en raison de la crise sanitaire. Cette année, elle devait se tenir à Sahorre, le dernier dimanche d’octobre. Son annulation était prévisible, mais c’est une catastrophe économique pour la vallée de la Rotja. Elle s’ajoute à une année des plus médiocres pour la récolte des pommes. Comme si la pandémie de la Covid-19 ne suffisait pas, les conditions météo ont été désastreuses ce printemps.
La fête de la pomme rassemblait plus de 10.000 personnes les bonnes années. Cette manifestation fédère tous les artisans, commerçants et agriculteurs de la vallée. Ce lieu de rencontre annuel irrigue la vie de ce territoire à l’écart de la RN 116. Les exposants font toujours de bonnes journées. Le manque à gagner va être énorme. Il n’est pas sûr qu’il soit compensé, comme le souhaitent les organisateurs, par la venue d’acheteurs de fruits, de légumes, de fromage, de pain à l’ancienne… Dommage car cette vallée fait vraiment de gros efforts pour vivre et se développer.
Les organisateurs et les exposants ne baissent pourtant pas les bras. Ils nous donnent rendez-vous pour la 38e édition de la fête de la pomme le 31 octobre 2021 à Fuilla.

Caudiès-de-Conflent. Un anticommunisme viscéral ?

En mars dernier aucun candidat ne s’est déclaré pour les municipales dans ce petit village qui compte 19 habitants à l’année et 27 sur les listes électorales. Pour l’empêcher de disparaître, il fallait constituer une liste dans un délais de 6 mois.
Un communiste ayant pied à terre à Caudiès-de-Conflent a monté une liste avec 6 autres habitants. Même si 4 citoyens de la liste n’étaient pas électeurs dans la commune, cette élection aurait du n’être qu’une formalité.
Mais Matemale, commune voisine, voulait récupérer ce village. Il lui était intolérable de voir élire un maire communiste qui, de plus, siégerait à la communauté de commune (Pyrénées-catalanes). Une campagne de dénigrement s’est alors déchaînée contre la tête de liste.
Il a été le seul à ne pas être élu au premier tour (8 voix sur 23 exprimés) mais élu au second tour avec seulement 6 voix sur 22 votants. Par respect au suffrage universel, il ne s’est pas présenté comme maire de la commune. Voilà comment est remercié celui qui voulait sauver la commune, élan naturel pour un communiste, les deux mots ayant la même racine.