LE TRAVAILLEUR CATALAN

La séquence politique qui fait suite à l’élection présidentielle n’est pas avare de surprises. Forte de ses 22 % à cette élection, la France Insoumise devenue l’Union populaire, se pose en leader de la gauche, mais, et c’est la nouveauté, en force de rassemblement. En 2017 Jean-Luc Mélenchon n’y avait pas pensé.

Aussi, la semaine écoulée, se sont tenues des négociations entre formations de gauche. Et, souvent, la partie s’est poursuivie en nocturne, preuve que l’union reste toujours un combat. D’abord rencontre FI-EELV qui s’est conclue par un accord sur cent circonscriptions. Puis négociation FI/PS dont, lorsque ces lignes sont écrites, le résultat n’est pas encore connu. Enfin, FI/PCF dans la soirée et la nuit du 2 au 3 mai. La rencontre a débouché sur un accord portant sur 50 circonscriptions et des objectifs programmatiques communs. Le socle de cet accord repose sur des constats : la déception due à l’élection de Macron porteuse de mesures d’aggravation des difficultés sociales, le sentiment, après avoir raté le rassemblement pour le 10 avril, d’avoir la possibilité d’une session de rattrapage avec les législatives, enfin, l’espoir d’une majorité de gauche à l’assemblée avec Jean-Luc Mélenchon Premier ministre.

L’accord validé entraînera pour les communistes une première historique, l’absence de candidats communistes dans plus de 75 % des circonscriptions de France. Parfois même dans des circonscriptions où le parti aurait des candidats connus et reconnus, à même de faire gagner la gauche. Ce sont les dégâts collatéraux d’un accord accepté et considéré comme bon.

Une nouvelle ère politique semble s’ouvrir dont est bien malin qui pourra en décrire les contours. Une chance au rassemblement de la gauche porteur de réelles avancées sociales ? Ou le risque de la tentation hégémonique de celui, qui, à un moment, semble le plus fort, ce qui serait le retour aux anciennes ornières ?

 
Cet article est en lecture libre. Pour avoir accès à l'ensemble du site, merci de vous connecter ou vous inscrire

ARTICLES EN LIEN

La Paix, une exigence absolue - Après chaque guerre, un cri unanime s’élève : « Plus jamais ça ». Et pourtant !

La Paix, une exigence absolue Lire la suite »

Courage et humilité. Le premier mai doit être grand ! - Les affaires vont mal. Emmanuel Macron, le candidat du système capitaliste, modernisé et mondialisé a été élu.

Courage et humilité. Le premier mai doit être grand ! Lire la suite »

« Quand les blés sont sous la grêle, fou qui fait le délicat. »(Louis Aragon) - La Ve République, à bout de souffle, produit des effets délétères. Elle étouffe le pluralisme démocratique, provoque un fort rejet de la politique entraînant une forte abstention et un gros taux de bulletins blancs et…

« Quand les blés sont sous la grêle, fou qui fait le délicat. »(Louis Aragon) Lire la suite »

Un souper au vinaigre - C’est dans le droit fil d’une 5e République présidentielle que s’est constitué le gouvernement d’Élisabeth Borne.

Un souper au vinaigre Lire la suite »

Comprendra-t-il ? - Ainsi donc nous y voilà : nous avons mis les mains dans la gadoue pour éviter la merde et nous l’avons évitée, conscient que l’acte était difficile, qu’aucun problème ne serait réglé, que tout reste…

Comprendra-t-il ? Lire la suite »

Ce que me dit ma lanterne qui n’est pas magique - Avant le deuxième tour de la présidentielle, nous sommes parfois interloqués à écouter tout ce que l’électeur, à gauche, dit souvent dans un très obscur embrouillamini des motivations, des argumentations et des états d’âmes...

Ce que me dit ma lanterne qui n’est pas magique Lire la suite »