LE TRAVAILLEUR CATALAN

Salariés

Elections dans les TPE

TPE. Élection des représentants des salariés aux commissions paritaires régionales. Les salariés des très petites entreprises (TPE : moins de 11 salariés) sont appelés à élire, du 22 mars au 4 avril, leurs représentants syndicaux dans les commissions paritaires régionales interprofessionnelles (CPRI) pour une période de quatre ans. Ce scrutin déterminera la représentativité nationale des syndicats …

Elections dans les TPE Lire la suite »

Les salariés du commerce oubliés ?

Rassemblement-Perpignan. Les salariés syndiqués, donnent leurs tracts revendicatifs devant le centre commercial Leclerc Nord. Jeudi 9 juillet, sur l’ensemble du territoire national, les salariés du commerce, avec leur syndicat CGT, ont tenté d’informer les clients sur la réalité de leur situation. Ainsi, à Perpignan, devant l’entrée du magasin Leclerc Nord, les militants ont distribué leurs …

Les salariés du commerce oubliés ? Lire la suite »

« Pour vous nourrir, on prend des risques ! »

Centres commerciaux. En France les employés des supers et hypermarchés font face à une clientèle susceptible d’être contaminée par le coronavirus. Erine*, employée dans les Pyrénées-Orientales d’une des grandes enseignes françaises, témoigne. Depuis l’annonce du confinement face au Covid 19, la population française est prise par un vent de panique, engendrant des comportements insensés dans …

« Pour vous nourrir, on prend des risques ! » Lire la suite »

Les travailleurs doivent être protégés !

Coronavirus. La pénurie de masques de protection perdure pour les soignants et les salariés, contraints de travailler. Mais le pouvoir préfère s’attaquer au droit du travail. Plus d’un mois et demi après l’apparition en France des premiers cas de coronavirus, les masques de protection adaptés sont toujours en nombre insuffisant pour le personnel médical. Le …

Les travailleurs doivent être protégés ! Lire la suite »

Le social et l’humain, selon « Babou »

Perpignan. Depuis une quinzaine de jours, les salariés vivent l’incertitude d’une procédure engagée à leur encontre. Les salariés de l’enseigne Babou de Perpignan sont sous le choc, ils sont visés par une procédure de licenciement et ne comprennent pas. En octobre 2018, les quatre-vingt quinze magasins discount Babou de France sont vendus à une société …

Le social et l’humain, selon « Babou » Lire la suite »

SUR LE VIF

Urgences sanitaires. La CGT alerte !

Pompiers et soignants hospitaliers déclinaient ensemble jeudi 15, devant les locaux de l’agence régionale de santé (ARS), leurs préoccupations. « Des vies sont parfois en jeu lors de nos interventions. Le manque de personnels, le manque de médecins régulateurs au 15 entraînent souvent des délais d’attente beaucoup trop importants » précisaient les pompiers du SDIS et les personnels des urgences. Il faut savoir que les procédures doivent être scrupuleusement respectées, et que les donneurs d’ordre sont les « médecins régulateurs ». Ce sont eux qui décident d’un transport éventuel par les pompiers, par des ambulances privées ou par hélicoptères, qui décident de premiers soins sur place, ou d’engager les moyens plus lourds « d’unité de soins mobiles ». Il y a donc attente des consignes de la part des personnels présents.

Le préfet interpellé

« L’augmentation régulière des délais met aujourd’hui en danger nombre de patients. Il n’est pas rare de dépasser la demi-heure avant qu’une décision ne puisse être prise ». Le syndicat CGT explique ces retards et ces longues attentes par le manque de personnels, notamment le manque de médecins régulateurs : « Nous avons les mêmes effectifs qu’en 2012. Or, depuis, à peu près 50.000 habitants sédentaires se sont ajoutés dans le département. De plus, en période estivale, chacun le sait, la population occasionnelle augmente dans de très grandes proportions ».

Le syndicat s’est ainsi adressé au préfet, dans un courrier explicatif et direct, lui demandant d’intervenir au plus vite auprès des instances (ARS et ministère de la Santé) pour « que les effectifs du centre 15 soient très rapidement revus à la hausse ». Le courrier concluait ainsi : « Sachez qu’en cas de problème majeur, la responsabilité des agents du centre 15, malmenés par le manque d’effectifs, ne pourra être engagée ».

Un dimanche convivial

La fête des retrouvailles entre communistes et leurs ami.e.s a réjoui quelques 150 convives. De la causerie sur la Commune parfaitement conduite par Jérôme Quaretti, l’ovation aux nouveaux élus présents (Rémi Lacapère, Edith Pugnet, Patrick Cases) et le repas champêtre imaginé par l’équipe de Barboufat, les participant.e.s ont profité d’une journée conviviale et fraternelle « sota la platana » (sous les platanes) dans le magnifique cadre de l’espace de la fête du T.C. Le tout en danses et chansons grâce au talent du groupe musical les Shwet’s (ex-Tryoland).

Intérimaires de La Poste. Une première victoire lourde de sens

© DR. L’Union locale CGT venue soutenir les intérimaires.

Suite à l’action du 11 juin menée par l’Union locale CGT de Perpignan, la FAPT 66 et les syndicats CGT de Start People, Manpower et Adecco, concernant le respect des droits des intérimaires en mission à La Poste, les bonnes nouvelles arrivent. Start People a annoncé aux délégués CGT de la société d’intérim, qu’elle compte régulariser les sommes dues aux intérimaires. Les primes de rouleur (7 € par jour) et la prime PCTI (16 € par mois) représentant plusieurs milliers d’euros. De plus, le licenciement envisagé à l’encontre d’un collègue intérimaire en CDI est annulé.

« A tou.te.s nos collègues intérimaires dispersé.e.s à la Poste, nous rappelons que l’égalité de traitement entre embauché.e.s et intérimaires doit être respectée. C’est le Code du travail qui le dit » précise le syndicat. 
De son côté, le directeur de Perpignan PPDC (plateforme) de La Poste 66 reconnaît largement les « oublis » et s’est engagé à régulariser au plus vite les agents concernés. 

IKEA : du bonheur au balcon mais pas dans les rayons

©Delgé.

Ikea France avait mis en place un système de surveillance des salariés et des clients. Le groupe est condamné à un million d’euros d’amende pour recel de collecte de données à caractère personnel. L’ancien PDG a écopé de deux ans prison avec sursis et 50 000 euros d’amende et l’ex-directeur de la gestion du risque à 18 mois de prison avec sursis et 10 000 euros d’amende. Les luttes et les grèves syndicales de 2012 avaient révélé les agissements d’Ikea. Au-delà de l’irrespect total de la vie privée, de nombreux droits individuels et collectifs ont été bafoués et des données confidentielles auraient été fournies aux fichiers de la police. Le groupe suédois (422 magasins répartis dans 50 pays) est contrôlé par différentes fondations établies aux Pays-Bas, Luxembourg et Liechtenstein. Cette complexité de directions lui a permis d’éviter plus d’un milliard d’euros de taxes sur la période 2009-2014. Il a réalisé en 2018 un chiffre d’affaires de 38,8 milliards d’euros. Il y a du bonheur au balcon pour les patrons.

Actions internationales pour la levée du blocus contre Cuba

Depuis mars, de nombreux pays aussi divers que l‘Allemagne, la Suisse, le Venezuela ont renouvelé l’appel à la levée du blocus des USA contre Cuba. Plusieurs journées internationales ont eu lieu. Les organisations françaises, les associations, syndicats et forces politiques solidaires de Cuba (Cuba Si France, France-Cuba, Cuba Coopération, France Amérique Latine, Alba, Europa Cuba, PCF, PRCF, LFI, CGT) ont manifesté le 1er juin à Paris pour la levée immédiate du blocus.

Le 23 juin, à l’Assemblée de l’ONU aura lieu le vote en faveur du projet de résolution sur la nécessité de lever le blocus imposé par les États-Unis à Cuba, texte déjà soutenu 28 fois par la quasi-totalité des pays de la planète.

Les artistes et les acteurs culturels s’engagent pour écarter le risque RN

Image par Tumisu de Pixabay 

C’est un appel public pour la liste de Carole Delga qu’ont signé de nombreux artistes et acteurs culturels de la Région. Dans les P.-O. on retrouve Cali, Daniel Tosi, Georges Bartoli, David Garcia, Michel Cadé, une centaine de noms qui soulignent le bon bilan de Carole Delga en terme de culture mais aussi leur inquiétude face à la montée de l’extrême droite. 

84 maires des P.-O. soutiennent la liste de Carole Delga

A quelques jours du scrutin, beaucoup de maires s’engagent pour la liste « Occitanie en commun ». Citons : Christophe Manas maire de Corneilla-del-Vercol, second sur la liste conduite départementalement par Agnès Langevine, René Olive (Thuir), Jean Vila (Cabestany), Charles Chivillo (Maury), Toussainte Calabrèse (Caudiès-de-Fenouillèdes), Michel Coste (Céret), Guy Llobet (Collioure), Nicolas Garcia (Elne), Marc Médina (Torreilles), Jean-André Magdalou (Alénya), Yves Porteix (Sorède), Madeleine Garcia-Vidal (Saint-Hippolyte)… 84 maires au total, qui démontrent la capacité de rassemblement de Carole Delga.

Théza : Grève à la clinique psychiatrique

Les revendications portent essentiellement sur le recrutement nécessaire de personnels en CDI.

Lundi 7 juin, les salariés ont décidé de la grève. Les négociations avec la direction n’ont pas abouti. Les revendications portaient essentiellement sur le recrutement nécessaire de personnels en CDI, la création de postes de travail, des augmentation de revenus (13e mois et 3 % sur les salaires), et sur le versement de la prime d’un montant au moins égal à celle versée en 2019.Un document élaboré par les salariés précise la réalité économique du groupe VIDEGRAIN. « Près de 10 millions de bénéfices de la clinique envoyés au groupe, un million net versé aux actionnaires depuis deux ans ». et de préciser « qu’aucune augmentation de salaire n’est intervenue depuis 3 ans », et que « 6 emplois ont été supprimés ou  non comblés depuis 6 ans ».