LE TRAVAILLEUR CATALAN

Festival

Vuelta, c’est parti !

Casa musicale. Les 1, 2, 3, 7, 8, 9 juillet la musique va retentir au cœur de l’Arsenal. L’équipe de la Casa a bien l’intention de redonner de remettre dans le paysage perpignanais de l’art, de la joie et du partage après une longue période de silence. La programmation annoncée par la Casa musicale dans …

Vuelta, c’est parti ! Lire la suite »

Pas une Ida, mais une Vuelta pour la Casa !

Festival. La Casa musicale a prévu une édition spéciale pour une période spéciale. Le festival Ida y Vuelta n’aura pas lieu comme tel, mais le rendez-vous est maintenu sur 8 dates dès le 1er juillet pour une version “Vuelta”. Vuelta, c’est le retour à la vie culturelle, celle d’une effervescence d’énergie musicale attendue dans le …

Pas une Ida, mais une Vuelta pour la Casa ! Lire la suite »

Annulation de la Fête du Travailleur catalan

La fédération du PCF des Pyrénées-Orientales est au regret de devoir annoncer l’annulation de l’édition 2021 de la Fête du Travailleur Catalan. Dans un contexte où le gouvernement n’apporte aucune réponse au monde de la culture qui est en grande difficulté et où les contraintes imposées à ce type d’événement restent importantes, la direction départementale …

Annulation de la Fête du Travailleur catalan Lire la suite »

Une respiration à partager

Perpignan. Reportée cet automne, la 34e édition du festival Musique Sacrée entend mêler les vibrations de la nature et celles de la musique. À suivre du 24 au 31 octobre. « C’est une édition singulière » déclarait Élisabeth Dooms en préambule de la conférence de presse. Pour la directrice du festival Musique sacrée, en effet, la …

Une respiration à partager Lire la suite »

Yes Futur 3, l’humanisme au coeur

Événement solidaire. Le collectif d’Artistes solidaires vous donne rendez-vous le 3 octobre à la Casa Musicale pour une rencontre artistique et engagée vers l’humain. La troisième édition du festival Yes Futur se dessine face à un horizon nébuleux, en présence de réglementations sanitaires qui évoluent rapidement.  Néanmoins, l’ensemble des bénévoles ont l’espoir de voir la …

Yes Futur 3, l’humanisme au coeur Lire la suite »

On s’évade avec Jazzèbre

Festival. Du 25 septembre au 18 octobre, la 32e édition de Jazzèbre sera une invitation à voyager dans l’originalité et la tradition du jazz. Pour ce 32e festival Jazzèbre, l’équipe a réussi à mettre en place une édition qui invite au voyage tout en tenant compte du protocole sanitaire. Le programme séduira les amoureux du …

On s’évade avec Jazzèbre Lire la suite »

Promenades en poésie et musique catalanes

Nits d’Eus. Transportées à Banyuls-sur-Mer les Nits ont ouvert le 18 juillet leur cycle 2020 dans la cour du domaine de la Rectorie. Unis pour la langue et pour la musique les«anciens» des Nits, Gisela Bellsola, Gérard Meloux et Michel Maldonado d’un côté, l’Opéra Volubilis Orchestra, une formation de dix artistes: violons, altos, violoncelles et contrebasse …

Promenades en poésie et musique catalanes Lire la suite »

Fête du Travailleur Catalan 2020 annulée

La direction de la fête du Travailleur Catalan, pour donner une chance à cet évènement incontournable dont la première édition remonte à 1935, avait décalé la date du dernier week-end de juin à celui des 7 et 8 août. Malheureusement les déclarations récentes du Premier ministre ne laissent aucun autre choix que l’annulation pure et …

Fête du Travailleur Catalan 2020 annulée Lire la suite »

SUR LE VIF

Urgences sanitaires. La CGT alerte !

Pompiers et soignants hospitaliers déclinaient ensemble jeudi 15, devant les locaux de l’agence régionale de santé (ARS), leurs préoccupations. « Des vies sont parfois en jeu lors de nos interventions. Le manque de personnels, le manque de médecins régulateurs au 15 entraînent souvent des délais d’attente beaucoup trop importants » précisaient les pompiers du SDIS et les personnels des urgences. Il faut savoir que les procédures doivent être scrupuleusement respectées, et que les donneurs d’ordre sont les « médecins régulateurs ». Ce sont eux qui décident d’un transport éventuel par les pompiers, par des ambulances privées ou par hélicoptères, qui décident de premiers soins sur place, ou d’engager les moyens plus lourds « d’unité de soins mobiles ». Il y a donc attente des consignes de la part des personnels présents.

Le préfet interpellé

« L’augmentation régulière des délais met aujourd’hui en danger nombre de patients. Il n’est pas rare de dépasser la demi-heure avant qu’une décision ne puisse être prise ». Le syndicat CGT explique ces retards et ces longues attentes par le manque de personnels, notamment le manque de médecins régulateurs : « Nous avons les mêmes effectifs qu’en 2012. Or, depuis, à peu près 50.000 habitants sédentaires se sont ajoutés dans le département. De plus, en période estivale, chacun le sait, la population occasionnelle augmente dans de très grandes proportions ».

Le syndicat s’est ainsi adressé au préfet, dans un courrier explicatif et direct, lui demandant d’intervenir au plus vite auprès des instances (ARS et ministère de la Santé) pour « que les effectifs du centre 15 soient très rapidement revus à la hausse ». Le courrier concluait ainsi : « Sachez qu’en cas de problème majeur, la responsabilité des agents du centre 15, malmenés par le manque d’effectifs, ne pourra être engagée ».

Un dimanche convivial

La fête des retrouvailles entre communistes et leurs ami.e.s a réjoui quelques 150 convives. De la causerie sur la Commune parfaitement conduite par Jérôme Quaretti, l’ovation aux nouveaux élus présents (Rémi Lacapère, Edith Pugnet, Patrick Cases) et le repas champêtre imaginé par l’équipe de Barboufat, les participant.e.s ont profité d’une journée conviviale et fraternelle « sota la platana » (sous les platanes) dans le magnifique cadre de l’espace de la fête du T.C. Le tout en danses et chansons grâce au talent du groupe musical les Shwet’s (ex-Tryoland).

Intérimaires de La Poste. Une première victoire lourde de sens

© DR. L’Union locale CGT venue soutenir les intérimaires.

Suite à l’action du 11 juin menée par l’Union locale CGT de Perpignan, la FAPT 66 et les syndicats CGT de Start People, Manpower et Adecco, concernant le respect des droits des intérimaires en mission à La Poste, les bonnes nouvelles arrivent. Start People a annoncé aux délégués CGT de la société d’intérim, qu’elle compte régulariser les sommes dues aux intérimaires. Les primes de rouleur (7 € par jour) et la prime PCTI (16 € par mois) représentant plusieurs milliers d’euros. De plus, le licenciement envisagé à l’encontre d’un collègue intérimaire en CDI est annulé.

« A tou.te.s nos collègues intérimaires dispersé.e.s à la Poste, nous rappelons que l’égalité de traitement entre embauché.e.s et intérimaires doit être respectée. C’est le Code du travail qui le dit » précise le syndicat. 
De son côté, le directeur de Perpignan PPDC (plateforme) de La Poste 66 reconnaît largement les « oublis » et s’est engagé à régulariser au plus vite les agents concernés. 

IKEA : du bonheur au balcon mais pas dans les rayons

©Delgé.

Ikea France avait mis en place un système de surveillance des salariés et des clients. Le groupe est condamné à un million d’euros d’amende pour recel de collecte de données à caractère personnel. L’ancien PDG a écopé de deux ans prison avec sursis et 50 000 euros d’amende et l’ex-directeur de la gestion du risque à 18 mois de prison avec sursis et 10 000 euros d’amende. Les luttes et les grèves syndicales de 2012 avaient révélé les agissements d’Ikea. Au-delà de l’irrespect total de la vie privée, de nombreux droits individuels et collectifs ont été bafoués et des données confidentielles auraient été fournies aux fichiers de la police. Le groupe suédois (422 magasins répartis dans 50 pays) est contrôlé par différentes fondations établies aux Pays-Bas, Luxembourg et Liechtenstein. Cette complexité de directions lui a permis d’éviter plus d’un milliard d’euros de taxes sur la période 2009-2014. Il a réalisé en 2018 un chiffre d’affaires de 38,8 milliards d’euros. Il y a du bonheur au balcon pour les patrons.

Actions internationales pour la levée du blocus contre Cuba

Depuis mars, de nombreux pays aussi divers que l‘Allemagne, la Suisse, le Venezuela ont renouvelé l’appel à la levée du blocus des USA contre Cuba. Plusieurs journées internationales ont eu lieu. Les organisations françaises, les associations, syndicats et forces politiques solidaires de Cuba (Cuba Si France, France-Cuba, Cuba Coopération, France Amérique Latine, Alba, Europa Cuba, PCF, PRCF, LFI, CGT) ont manifesté le 1er juin à Paris pour la levée immédiate du blocus.

Le 23 juin, à l’Assemblée de l’ONU aura lieu le vote en faveur du projet de résolution sur la nécessité de lever le blocus imposé par les États-Unis à Cuba, texte déjà soutenu 28 fois par la quasi-totalité des pays de la planète.

Les artistes et les acteurs culturels s’engagent pour écarter le risque RN

Image par Tumisu de Pixabay 

C’est un appel public pour la liste de Carole Delga qu’ont signé de nombreux artistes et acteurs culturels de la Région. Dans les P.-O. on retrouve Cali, Daniel Tosi, Georges Bartoli, David Garcia, Michel Cadé, une centaine de noms qui soulignent le bon bilan de Carole Delga en terme de culture mais aussi leur inquiétude face à la montée de l’extrême droite. 

84 maires des P.-O. soutiennent la liste de Carole Delga

A quelques jours du scrutin, beaucoup de maires s’engagent pour la liste « Occitanie en commun ». Citons : Christophe Manas maire de Corneilla-del-Vercol, second sur la liste conduite départementalement par Agnès Langevine, René Olive (Thuir), Jean Vila (Cabestany), Charles Chivillo (Maury), Toussainte Calabrèse (Caudiès-de-Fenouillèdes), Michel Coste (Céret), Guy Llobet (Collioure), Nicolas Garcia (Elne), Marc Médina (Torreilles), Jean-André Magdalou (Alénya), Yves Porteix (Sorède), Madeleine Garcia-Vidal (Saint-Hippolyte)… 84 maires au total, qui démontrent la capacité de rassemblement de Carole Delga.

Théza : Grève à la clinique psychiatrique

Les revendications portent essentiellement sur le recrutement nécessaire de personnels en CDI.

Lundi 7 juin, les salariés ont décidé de la grève. Les négociations avec la direction n’ont pas abouti. Les revendications portaient essentiellement sur le recrutement nécessaire de personnels en CDI, la création de postes de travail, des augmentation de revenus (13e mois et 3 % sur les salaires), et sur le versement de la prime d’un montant au moins égal à celle versée en 2019.Un document élaboré par les salariés précise la réalité économique du groupe VIDEGRAIN. « Près de 10 millions de bénéfices de la clinique envoyés au groupe, un million net versé aux actionnaires depuis deux ans ». et de préciser « qu’aucune augmentation de salaire n’est intervenue depuis 3 ans », et que « 6 emplois ont été supprimés ou  non comblés depuis 6 ans ».