LE TRAVAILLEUR CATALAN

P.Dhareville :  » Macron a oublié le chéquier de l’autre côté de la rue. « 

Loi sur le pouvoir d’achat

Après le refus de l’augmentation du SMIC à 1 500 € net proposée par la NUPES, la majorité de l’Assemblée nationale (Renaissance, LR et RN) entérine le pansement des primes.

Alors que l’inflation bat des records sur fond de chantage à l’économie de guerre, le gouvernement tente de contourner le mécontentement et les éventuelles réactions de colères du monde du travail. Les mesures votées le 23 juillet 2022 par 341 voix contre 116 sont les suivantes :  

– triplement à 6 000 euros du plafonnement de la prime Macron ; 

– plafonnement de la hausse des loyers à 3,5 % dans l’Hexagone et facilitation de la résiliation en ligne des abonnements ;

– revalorisations anticipées de 4 % des pensions de retraite et des prestations sociales ; 

– augmentation de 3,5 % du traitement des agents publics et un chèque alimentaire de 100 euros (plus 50 euros par enfant) ;

– mise en place d’accords d’intéressement dans les entreprises de moins de 50 salariés ;

– déconjugalisation de l’AAH, jusqu’ici calculée en fonction des revenus du foyer, ce qui devrait être favorable à l’allocataire ;

– possibilité de résilier en trois clics des contrats souscrits en ligne par le consommateur, y compris les assurances.  

Mauvais comptes

Le coût anticipé par le gouvernement de ce paquet de mesures est une vingtaine de milliards d’euros dont une partie « sera ponctionnée dans le budget de la Sécurité sociale », s’indigne le journal Alternatives économiques. Cette loi a été critiquée notamment par la voix du député communiste Pierre Dhareville pour le groupe GDR : « vous voulez faire de notre pays un nouveau champion du travail qui ne coûte pas cher ; vous voulez la rémunération précaire, en modifiant la structure même de la rémunération du travail – moins de salaires et de cotisations assises sur des cadres collectifs, plus de rémunérations aléatoires et discrétionnaires. » 

Vue la timidité de ces mesures au regard des enjeux, il va sans dire que les organisations syndicales et le mouvement social ne resteront pas l’arme au pied à la rentrée.

Yvon Huet

 
Cet article est en lecture libre. Pour avoir accès à l'ensemble du site, merci de vous connecter ou vous inscrire

ARTICLES EN LIEN

Changement climatique à l’Assemblée - Le contraste est saisissant entre une percée historique de la gauche désormais NUPES et la déferlante de l’extrême droite RN sur fond d’abstention massive et de déconfiture présidentielle.

Changement climatique à l’Assemblée Lire la suite »

Avec la NUPES, pour un Parlement qui compte - Ce numéro de notre hebdomadaire sort juste avant le premier tour des élections législatives.

Avec la NUPES, pour un Parlement qui compte Lire la suite »

La campagne de la NUPES est lancée ! - La campagne des législatives du NUPES de la quatrième circonscription a démarré lors d’une première réunion publique, lundi 30 mai à Thuir.

La campagne de la NUPES est lancée ! Lire la suite »