LE TRAVAILLEUR CATALAN

-

Les images d’apocalypse défilent sur le petit écran devant nos yeux attristés.
Des incendies dans l’Oregon dont le panache de fumée s’étend de San Francisco à Vancouver. En Amazonie quand ce n’est pas en Australie, des millions d’hectares de forêts partis en fumée.
L’incendie du camp de réfugiés à Lesbos, des milliers de personnes abandonnées, des dirigeants européens qui tournent la tête pour ne pas voir, partout misère et désespoir.
Notre monde roule-t-il vers une sorte d’embrasement généralisé, victime de lui même ? Probablement mais les responsabilités ne sont pas partageables à égalité entre les citoyens du monde. Ces évènements ont des causes bien identifiées, l’extension sans fin de la sphère financière constitue désormais le cœur de l’entreprise d’accumulation avec des conséquences sociales et environnementales catastrophiques pour tous. Dans cette lutte entre le marché et l’action publique, si les possédants ont marqué des points dans les dernières décennies, qu’ils ne pensent pas s’en tirer à si bon compte. Qu’ils se détrompent, ils y laisseront la peau eux aussi, soit comme les derniers survivants de l’humanité, soit parce qu’on leur aura clairement demandé des comptes sur la place de Grève.

Comment interrompre la destruction du monde ?

L’indignation grandit, à l’image de ces volontaires de S.O.S. Mediterrannée qui ont organisé un « die in », une simulation spectaculaire de la mort, sur la plage de Collioure pour dénoncer le blocage en Italie du bateau qui repêche les naufragés en mer Méditerranée. Des milliers, des millions à travers le monde se dressent pour dénoncer l’inhumain, et construire un monde nouveau basé sur la coopération pour la paix, la justice sociale et la préservation de la planète. La double exigence d’une émancipation sociale et d’une harmonie environnementale dans l’ordre politique, voilà qui esquisse un chemin. Le rouge et le vert font bon ménage.
Combien faudra-t-il de « die in », de manifestations, de jours de grève, comme ce 17 septembre, d’insurrections pour refuser de se résigner au désordre existant ? Probablement plus encore qu’aujourd’hui mais le chemin est tracé, Le jour d’après commence aujourd’hui.

 
Cet article est en lecture libre. Pour avoir accès à l'ensemble du site, merci de vous connecter ou vous inscrire

ARTICLES EN LIEN

La politique de la matraque - (c) Fibonacci Blue . Manifestation contre les violences policières à Minneapolis, le lendemain de la mort de George Floyd. La mort de George Floyd, pour être plus précis, le meurtre prémédité de ce citoyen noir américain par un flic…

La politique de la matraque Lire la suite »

Quim Torra destitué par le tribunal suprême d’Espagne - (c)PresidentePuigdemont.Wikiipedia. Quim Torra, avait été élu pour succéder à Carles Puigdemont. Dans l’histoire de la Catalogne, un bon nombre des 135 présidents de la Generalitat de Catalunya ont été poursuivis, emprisonnés, exilés et même fusillés……

Quim Torra destitué par le tribunal suprême d’Espagne Lire la suite »

Débat démocratique ou fascisme larvé ? - (c)DR.Des millions d’américains se demandent si le vote changera quelque chose pour eux. USA. La période électorale actuelle n’est guère rassurante, et les débats mettent en lumière le manque cruel de démocratie. Les soubresauts qui…

Débat démocratique ou fascisme larvé ? Lire la suite »

Vite - (c) Jean Pouech.Manisfestation à Perpignan le 17 septembre 2020 devant le Castillet. Je les ai écoutés attentivement. J’ai le sentiment que, lors de la journée d’action du 17 Septembre, les responsables syndicaux ont bien parlé,…

Vite Lire la suite »