LE TRAVAILLEUR CATALAN

poésie

Souvenirs de la clinique de l’Ormeau – Tarbes Hautes-Pyrénées

La clinique de l’Ormeau Est pour moi un vrai château De mon lit je vois les Pyrénées Que j’admire toute la journée En bas il y a un champ immense Qui appartient à un pauvre paysan Il n’est pas venu de Lille ni de Toul Mais est bigourdan, c’est monsieur Fould Pour l’extension de la …

Souvenirs de la clinique de l’Ormeau – Tarbes Hautes-Pyrénées Lire la suite »

Au personnel féminin du troisième étage de la clinique de l’Ormeau à Tarbes (Hautes-Pyrénées)

Les hirondelles Savez-vous comment je les appelleEh bien ce sont mes hirondellesElles vont, viennent toujours presséesIl y a tant de malades à soignerA peine les avez-vous aperçuesVous portant déjeuner ou pilulesElles s’arrêtent juste comme des libellulesPas moyen de lier conversationElles répondent deux mots puis s’en vontMais moi je les trouve bien bellesMes gracieuses hirondelles. Février …

Au personnel féminin du troisième étage de la clinique de l’Ormeau à Tarbes (Hautes-Pyrénées) Lire la suite »

La poésie comme nourriture terrestre

Il est plus fréquent d’évoquer les poètes, leur nom, leurs histoires, leurs destins et les mythes qui les entourent que de se pencher sur leurs textes et les lire, pour soi ou pour les autres, en silence, ou à haute voix. Une preuve parmi tant d’autres : le nombre d’ouvrages de poésie édités, lus, achetés est …

La poésie comme nourriture terrestre Lire la suite »

Josep Sebastia Pons (Ille-sur-Têt, 1886 – 1966)

Perpignan. Petit déjeuner littéraire à la médiathèque avec Eusebi Ayensa, universitaire, venu de Catalogne Sud honorer la mémoire de Josep Sebastia Pons. Eusebi Ayensa Prat intègre dans son édition complète des correspondances publiques et privées, des poèmes inédits en langue catalane, révélant l’évolution, la profondeur et la richesse des créations de Josep Sebastia Pons.Ses manuscrits …

Josep Sebastia Pons (Ille-sur-Têt, 1886 – 1966) Lire la suite »

SUR LE VIF

Une pétition en soutien à l’Archipel

L’archiipel lieu culturel, théatre, spectacles, concert de Perpignan.

A l’initiative de citoyennes et citoyens attachés à la pérennité du théâtre de l’Archipel et qui refusent l’amputation de son budget, une pétition vient d’être mise en ligne sur change.org, elle s’intitule, L’Archipel nous y tenons, il faut le préserver.

Manifestation pour la démocratie

(c) DR.

Perpignan s’est mis à l’heure de la protestation contre les mises en cause de l’état de droit. Vendredi dernier devant la préfecture, plus d’une centaine de manifestants se sont rassemblés à l’appel de l’Observatoire pour le respect des droits et liberté, contre des projets liberticides.
L’observatoire est largement unitaire, il regroupe partis et syndicats dont le PCF, le Mrap, la CGT, la FSU, Solidaires…
Le samedi, jour de manifestation nationale certains ont remis ça, et toujours avec du monde… C’est bon pour la défense de la démocratie. Une initiative est prévue pour ce jeudi : gageons qu’elle rassemblera à nouveau et sans doute plus largement tous ceux qui ne veulent pas d’une dérive autoritaire et policière du régime.

François Calvet en pourfendeur du Libéralisme ?

Galano~commonswiki

Les salariés de la Société Hydro-Électrique du Midi qui gère le barrage des Bouillouses depuis 90 ans sont en colère ! Le barrage dont ils ont la responsabilité entre désormais dans le champ européen de la libre concurrence. Inquiets pour leur avenir, ils ont alerté le sénateur Calvet qui s’est empressé d’écrire à Barbara Pompilli ministre de la transition écologique pour s’émouvoir de cette circonstance. Mais ce que ne dit pas François Calvet à ces salariés, c’est que, alors qu’il était député sous le gouvernement Chirac, il a voté des deux mains en 2004, la privatisation d’EDF en vue de l’ouverture du marché de l’énergie. Une réforme menée par le ministre de l’économie de l’époque, un certain Nicolas Sarkozy. Désormais l’ensemble des barrages hydroélectriques au préalable sous monopole public ne le sont plus et c’est la raison pour laquelle les appels d’offres européens sont désormais rendus obligatoires. A son actif aussi, la privatisation des autoroutes en 2006. Ça fait quand même pas mal de boulettes !

Solidarité à la Poste

(c)DR.

Jeudi 26 novembre, venus des quatre coins du département des facteurs, des factrices se sont retrouvés dès 8 heures du matin au centre de distribution de Saint-Genis-des-Fontaines, à l’appel de la CGT FATP 66. Tous entendaient montrer leur colère face à la dégradation de leurs conditions de travail, mais surtout manifester leur solidarité aux postiers menacés de sanctions disciplinaires (voir TC n° 3858) et face à l’attitude de la direction du centre qui suite à la grève du 20 février dernier avait porté plainte contre la CGT FATP pour « entrave à la liberté du travail ». Des habitants des Albères étaient aussi présents manifestant ainsi leur soutien au personnel en grève.

Avenir lycéen

(c) Délgé.

Jean-Michel Blanquer se retrouve accusé par Médiapart d’avoir manipulé des lycéens mineurs en versant une subvention du ministère de l’Éducation nationale à une nouvelle association « Avenir lycéen ». Le but de l’association est de contrer les syndicats lycéens et conforter la réforme du lycée et du bac. Libération a, par la suite, prouvé les liens entre deux rectorats et des responsables d’Avenir lycéen. J.-M. Blanquer crie au complot de l’ultra gauche !

Covid – Mumia Abu Jamal en danger


Le Comité français Libérons Mumia vient d’indiquer que Mumia Abu-Jamal a appelé il y a quelques jours sa porte-parole et son épouse Wadya pour les informer que l’épidémie avait franchi la porte de la prison de Mahannoy en Pennsylvanie où il est actuellement détenu. Vingt gardiens ayant été testés positifs, l’administration a déclenché une opération de dépistage des 2.400 prisonniers dont l’inquiétude est grande. Mumia, en raison notamment de ses lésions hépatiques, est un de ces prisonniers vulnérables. Face à cette situation inquiétante ses soutiens américains ont lancé une campagne d’intervention, relayée de par le monde, auprès des autorités pour exiger, comme d’autres États américains en ont décidé, la libération immédiate de tous les prisonniers âgés et malades car leur maintien en détention les expose à la mort.

Réouverture du marché d’Elne le 4 décembre

© DR.Elne

Le marché d’Elne redynamisera le coeur de ville dès vendredi 4 décembre. Tous les commerçants ambulants retrouveront leurs emplacements. Le marché aux étals colorés et odorants, avec légumes, fruits frais de saison, olives, anchois, vins et produits du terroir, poissons, charcuterie, miels, textiles, chaussures, bijoux, objets et articles divers, idées-cadeau, de quoi donner à tous un avant-goût des festivités de noël. Les Illibériennes et les Illibériens retrouveront le traditionnel marché, réorganisé dans le respect des mesures de protection sanitaires offrant ainsi aux chalands un espace sécurisé. Un sens de circulation sera mis en place par les agents de la police municipale, le port du masque reste obligatoire.

Confinement : contrôles renforcés. Deux poids, deux mesures ?

 Sabu George formulaire PxHere

Les habitants de la commune de Fontpédrouse, Prats Balaguer et Saint-Thomas n’en reviennent pas. Ils sont confinés comme tous les autres citoyens de France, et ils assistent, impuissants, à la vie d’un nouveau village où le droit n’existe pas : une vingtaine de camions et camping-cars avec trente occupants et autant de chiens se sont implantés en bordure de la route départementale. Ils vont, ils viennent, se baignent en groupe, méprisent les gens du pays. (…). Ils campent sur une zone où le camping sauvage est interdit par arrêté. Et ils ne sont pas verbalisés. Un habitant de la commune ne peut pas se rendre aux bains de Saint-Thomas. Ils sont fermés par mesure sanitaire sur décision gouvernementale. S’il se rend à Olette ou Prades , à la pharmacie, il ne faut pas qu’il oublie l’attestation, sinon il sera verbalisé.
à Prats Balaguer donc, c’est le déni total des lois. Et tout cela se passe à 30 kilomètres de la ville du Premier ministre qui renforce les contrôles. Cette situation est tout simplement intolérable.


Jean Louis Alvarez, ancien maire de Fontpédrouse, ancien vice-président du Conseil général