LE TRAVAILLEUR CATALAN

Il est plus fréquent d’évoquer les poètes, leur nom, leurs histoires, leurs destins et les mythes qui les entourent que de se pencher sur leurs textes et les lire, pour soi ou pour les autres, en silence, ou à haute voix. Une preuve parmi tant d’autres : le nombre d’ouvrages de poésie édités, lus, achetés est quasiment ridicule sans aucune proportion avec la richesse formelle, affective, historique, philosophique de beaucoup de textes poétiques. Comme si comptaient peu l’intimité du propos, les mots que le poète a ciselés pour lui-et-nous, nous-et-lui, comme vous voulez ! 

C’est pour cela qu’il ne faut pas laisser passer la moindre occasion de sortir les poèmes de leur ghetto culturel et de  les lire. L’édition bilingue d’un choix de textes de Jordi Pere Cerdà intitulé Comme un flot de sève, traduits et présentés par Etienne Rouziès, aux éditions La rumeur libre est une excellente opportunité.

L’émotion au rendez-vous

Dans un précédent numéro, nous avions questionné le traducteur-poète sur sa démarche, sur son rapport à Jordi Pere Cerdà, il nous offre maintenant le résultat de son travail. L’émotion est au rendez-vous. En particulier pour ceux qui, comme moi, ont du catalan une connaissance plus que sommaire et qui ont besoin d’un intercesseur pour saisir la profondeur et la richesse de sa poésie. « La poésie comme un art viscéral », tel est le titre de l’introduction d’Etienne Rouziès. 

Chez Jordi Pere Cerdà, un art viscéral, fait de retenue, de pudeur, de douceur, mais pétri d’humanité, sans concession sur l’humain dans toutes ses dimensions personnelles, sensuelles, familiales, affectives, politiques. Un humain viscéralement attaché à sa terre, à sa Cerdagne, à la nature et à tous ceux qui la peuplent, mais ne s’y laissant jamais enfermer, bien au contraire. Elle est le microcosme d’un macrocosme qui voit défiler le monde  dans son universalité sans limite. 

Relisons la fin d’ô monde 

« …Je suis entré dans l’arbre comme un oiseau dans les feuilles
et j’ai senti la force de ses branches
dedans mes bras et dedans mon corps,
et j’ai senti la sève se mêler à mon sang.
je tins la vie dans le nid chaud de mes mains ;
la vie avait le visage du peuple
et de son combat. »

Le catalan

Cela a été écrit en 1954 et n’a pas pris une ride : magie de la poésie et de son pouvoir de transcender le temps, dans la langue que l’on a choisi de magnifier. Pour Jordi Pere Cerdà, ce fut le catalan qu’il a porté à la plus grande incandescence, paradoxalement en utilisant les simples mots du quotidien. Le monde littéraire catalan ne s’y est pas trompé qui, des deux côtés de la frontière, l’a honoré pour la puissance qu’il a donnée à cette langue à un moment crucial de son histoire.

A lire la traduction d’Etienne Rouziès, on se dit que, s’il avait écrit en français, le boucher-poète de Saillagouse côtoierait peut-être aujourd’hui les plus grands (Desnos, Char, Aragon, Eluard). Mais nous y aurions perdu un acteur central de notre culture. Notre langue serait orpheline.

Toute langue fait feu est le titre d’un de ses recueils : notre vie avait- a besoin de ce feu qu’Antoine Cayrol, enfant de Cerdagne, libraire à Perpignan, citoyen engagé de cette terre (relisez le numéro spécial que le TC lui a consacré), n’a cessé de raviver.

La poésie comme nourriture terrestre ! Merci à Antoine et à Étienne de nous le rappeler.

 
Cet article est en lecture libre. Pour avoir accès à l'ensemble du site, merci de vous connecter ou vous inscrire

ARTICLES EN LIEN

L’USAP trace son futur à Aix - © Clément Bucco-Lechat. USO - ASM - 20150905 - Patricio FernandezPatricio Fernandez arrive à l’USAP. Rugby à XV. À l’issue d’un chassé-croisé à suspens, les Catalans l’emportent (34-41) et reprennent la tête du championnat. S’il…

L’USAP trace son futur à Aix Lire la suite »

Libertat, igualtat… -  ©Usman Yousaf de Pixabay  - I bé què, on n’ets de la teua evolució contra el centralisme dels estats? Sempre en defensa dels privilegis locals contra l’interès general? - Va, va, segueix fotent-te. Te diré millor, que al dia d’avui, si…

Libertat, igualtat… Lire la suite »

París-Costoja - © Bourrichon. Coustouges. - No entenc perquè algunes exigències són les mateixes sobre tot el territori. Diumenge vaig aprofitar del relatiu permís d’anar als cementiris per pujar a Costoja. Vaig caminar del poble al cementiri, vaig trobar nomes une parella de…

París-Costoja Lire la suite »

Parcours d’un rebelle - Toujours au bord de l’abîme, il connaîtra l’amour fou, les amitiés toxiques, mais aussi la maladie qu’il traitera comme le reste, avec panache et autodérision. Livre. Avec Hyperferon ou le silence de la moelle, Thierry…

Parcours d’un rebelle Lire la suite »

Aux sources d’une tragédie mondiale - Jack Havraneck, militant communiste et syndicaliste, nous offre avec son livre, la République de Weimar, un rafraîchissement de mémoire très utile. La République de Weimar. Les programmes d’histoire ne se sont que très peu penchés…

Aux sources d’une tragédie mondiale Lire la suite »

Jeux de mains… - (c) DR.Une livraison qui confirme sa passion pour le genre, policier, et qui confirme que pour lui le polar n’est finalement qu’un prétexte pour développer ses positions sur la société. Livre. Avec « La main…

Jeux de mains… Lire la suite »

La France et son d’Estaing - openDemocracy Notre président nous fait bien un peu l’aumône Sans doute est-il plus généreux pour Anémone Candidat, il n’était pas avare de promesses Mais sitôt élu, de les oublier, il s’empresse Il est sportif et…

La France et son d’Estaing Lire la suite »

Souvenirs de la clinique de l’Ormeau – Tarbes Hautes-Pyrénées - (c) Sergio Sona formulaire PxHereBâtiment de ferme. La clinique de l’Ormeau Est pour moi un vrai château De mon lit je vois les Pyrénées Que j’admire toute la journée En bas il y a un champ immense…

Souvenirs de la clinique de l’Ormeau – Tarbes Hautes-Pyrénées Lire la suite »

Au personnel féminin du troisième étage de la clinique de l’Ormeau à Tarbes (Hautes-Pyrénées) - (c)  Mabel Amber de Pixabay.Hirondelles  Les hirondelles Savez-vous comment je les appelleEh bien ce sont mes hirondellesElles vont, viennent toujours presséesIl y a tant de malades à soignerA peine les avez-vous aperçuesVous portant déjeuner ou pilulesElles s’arrêtent…

Au personnel féminin du troisième étage de la clinique de l’Ormeau à Tarbes (Hautes-Pyrénées) Lire la suite »