LE TRAVAILLEUR CATALAN

Crise énergétique

Depuis plusieurs années, la mise en difficulté d’EDF et ses conséquences ont de quoi inquiéter.

Les sommes correspondantes aux pertes, que l’on entend régulièrement dans les médias, donnent le vertige. Cette situation liée à la politique énergétique de l’état, actionnaire majoritaire, remonte bien plus loin que le moment du déclenchement de la guerre en Ukraine. Le recours à la sous-traitance dans des opérations techniquement poussées et délicates comme l’entretien de certaines structures ou la construction de nouveaux réacteurs nucléaires posent déjà problème depuis longtemps. On a pu observer des problèmes graves liés au manque de savoir-faire, qui ont retardé fortement les chantiers. Les problèmes de corrosion détectés sur quatre réacteurs ont entraîné un programme d’arrêts pour contrôles sur plusieurs installations qui doit se poursuivre jusqu’en 2023. On pense aussi aux conditions de travail du personnel sous-traitant parfois indignes de notre pays. Tout cela a entraîné des conséquences financières importantes qui ont commencé à s’accumuler.

Un enjeu majeur pour le pays

Au début de l’année 2022, l’État a annoncé un relèvement du plafond de l’Arenh (*) (+25%) pour pallier la flambée des prix de l’électricité. EDF a été alors sommée d’augmenter la part d’énergie vendue à ses rivaux jusqu’à 120 térawattheures (TWh) pour l’année. 

Pour 2023, Le rapport dette économique /bénéfices a été estimé à « 4,5 à 5 ». Pour autant, comme l’indique l’électricien, « l’ampleur et la diversité des risques auxquels le groupe doit faire face, notamment dans un contexte de marché extrêmement volatil, et les études et travaux que le groupe doit réaliser sur le parc nucléaire français (…), sont susceptibles de peser sur la capacité du groupe à atteindre ces objectifs. Par ailleurs, dans la situation actuelle, les impacts des effets du conflit ukrainien et des tensions géopolitiques associées sur les risques de toute nature sont difficilement quantifiables ».

Dans ce contexte, l’annonce de la reprise par l’état de 100% du capital d’EDF rappelle l’adage des politiques libérales bien connu : nationalisation des pertes, libéralisation des profits.

 (*) Arenh : Accés régulé à l’électricité nucléaire historique, le volume d’électricité vendu à bas coût par EDF à ses concurrents.

Pierre Serra

 
Cet article est en lecture libre. Pour avoir accès à l'ensemble du site, merci de vous connecter ou vous inscrire

ARTICLES EN LIEN

Perspectives pour l’énergie en France ?  - La CGT indique que l’annonce du gouvernement sur la reprise de 100% du capital d’EDF fait que « L’État [reste] un « État actionnaire » de la Société Anonyme alors que nous voudrions voir un…

Perspectives pour l’énergie en France ?  Lire la suite »

Le tour de passe-passe d’Élisabeth Borne - La Première ministre déclare que l'État veut reprendre la main sur EDF en prenant 100 % de son capital. Le mot de nationalisation n'a d'ailleurs jamais été employé dans son discours.

Le tour de passe-passe d’Élisabeth Borne Lire la suite »

La SHEM en grand danger ! - (c) DR.M.M.Les salariés de la Shem, en grève, refusent la privatisation. Prades. Près de 200 personnes pour contester une éventuelle privatisation de la société hydroélectrique du Midi (SHEM). La CGT 66 avait mis les petits…

La SHEM en grand danger ! Lire la suite »