LE TRAVAILLEUR CATALAN

Face à la poursuite de la guerre menée par l’autocrate du Kremlin contre le peuple ukrainien, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture a lancé un cri d’alarme. L’Ukraine et la Russie sont deux pays qui pèsent très lourd au niveau des exportations mondiales de céréales. Le conflit déclenché par Moscou ne sera donc pas sans conséquences sur l’ensemble de la planète. Il engendre déjà de graves perturbations des activités agricoles qui « pourraient sérieusement aggraver l’insécurité alimentaire à l’échelle internationale ». D’ici à quelques mois, voire quelques semaines, on peut craindre que des dizaines de millions de personnes, bien que très éloignées du champ de bataille, aient à souffrir de la faim.

D’autant plus que la spéculation sur les cours des matières premières, sur l’énergie, bat son plein. Une envolée des prix largement supérieure à un simple « ajustement des marchés » et qui touche lourdement la production agricole. Car, que ce soient des entreprises ou des États, certains entendent bien spéculer sur cette guerre et ses conséquences pour s’enrichir. Y compris l’État français qui profite de ce que Robespierre appelait « un brigandage » en encaissant sans pudeur les millions provenant du surplus des taxes lié aux augmentations des prix. Et l’annonce d’une réduction du prix du carburant pour… le 1er avril est loin de faire le compte. Ne serait-il pas plus efficace de diminuer les taxes, de bloquer les prix et de s’attaquer aux fabuleux profits des charognards de la guerre ?

Il est donc urgent, pour le peuple ukrainien, comme pour les autres peuples, d’imposer la fin des combats à Vladimir Poutine. Comme l’a affirmé Fabien Roussel, candidat communiste à l’élection présidentielle, il faut « oser la paix », c’est-à-dire « soutenir, aider les Ukrainiens à se défendre, à se protéger, et obtenir un cessez-le-feu humanitaire urgent ». Si nous ne voulons pas revivre des temps de guerres et de famines, il faut exiger une convention internationale garantissant la paix et la sécurité alimentaire.

 
Cet article est en lecture libre. Pour avoir accès à l'ensemble du site, merci de vous connecter ou vous inscrire

ARTICLES EN LIEN

L’ONU n’est pas absente - L’Assemblée générale des Nations Unies a adopté une résolution déplorant dans les termes les plus énergiques « l’agression » commise par la Russie contre l’Ukraine et exigeant que la Russie retire immédiatement ses forces militaires…

L’ONU n’est pas absente Lire la suite »

Le froid d’une guerre « brûlante » - L’ONU a chiffré à plus de 13 000 le nombre de morts depuis le début du conflit ukrainien. L’Europe centrale frise l’embrasement.

Le froid d’une guerre « brûlante » Lire la suite »

Stop au blocus ! - © gabrielmbulla de Pixabay. Les États Unis continuent d’étrangler économiquement Cuba. Cuba. Le blocus économique mis en place par les gouvernements impérialistes asphyxie Cuba. Dans le monde entier, les réactions sont nombreuses pour libérer Cuba de cet étranglement.…

Stop au blocus ! Lire la suite »

Heureux succès du concert pour l’Ukraine - Concert pour l'Ukraine Ce dimanche 20 juin à 16heures, dans la cathédrale Saint Jean-Baptiste de Perpignan et à l’initiative du père Soulé, l’orchestre de Canet en Roussillon-Méditerranée, sous la direction de son chef et directeur musical…

Heureux succès du concert pour l’Ukraine Lire la suite »

L’ONU n’est pas absente - L’Assemblée générale des Nations Unies a adopté une résolution déplorant dans les termes les plus énergiques « l’agression » commise par la Russie contre l’Ukraine et exigeant que la Russie retire immédiatement ses forces militaires…

L’ONU n’est pas absente Lire la suite »

Quelle diplomatie pour résoudre le conflit ? - Les efforts diplomatiques de toutes parts pour tenter de mettre fin aux combats, restent vains jusqu’à présent.

Quelle diplomatie pour résoudre le conflit ? Lire la suite »