LE TRAVAILLEUR CATALAN

Nicole GASPON

La culture ça coûte cher !

La presse locale s’est récemment fait l’écho de rumeurs inquiétantes concernant le Conservatoire à rayonnement régional de Perpignan (CRR). Pour le nouveau président de la Communauté urbaine, un seul constat, plutôt lapidaire, cet équipement avec un budget de 12 millions d’euros « coûte trop cher ! » Dans la foulée il évoque une possible réduction de …

La culture ça coûte cher ! Lire la suite »

Marguerite Duras à Cerbère (reporté)

Théâtre. L’île théâtre monte Eden cinéma d’après Un barrage contre la Pacifique, à voir au Belvédère du Rayon vert.Questions à Daniel Mesini qui cosigne la mise en scène. Votre création est une adaptation du roman de M Duras Barrage contre le Pacifique, qu’est-ce qui vous a amené à vous intéresser justement à cette œuvre là ? …

Marguerite Duras à Cerbère (reporté) Lire la suite »

Le pouvoir et la raison

Archipel. Torreton dans « La vie de Galilée », en ouverture de saison. Grandiose ! Dans le contexte anxiogène que nous vivons c’était un vrai bonheur, la semaine passée, de retrouver le chemin de l’Archipel, de se lover dans ses fauteuils rouges et, the last but not the least, d’assister à un spectacle haut de gamme, …

Le pouvoir et la raison Lire la suite »

Jeunes à la rue

La Cigale. S’asseyant sur une décision de justice, le maire RN de Perpignan envisage d’installer un poste de police dans les locaux de l’ancien hôtel qui devait accueillir des mineurs non accompagnés. La question de La Cigale refait surface. Les locaux de cet ancien hôtel restaurant ont été acquis l’an passé par le conseil départemental …

Jeunes à la rue Lire la suite »

L’Archipel a lancé sa saison

Spectacle vivant. C’était vendredi dernier, les retrouvailles de l’Archipel avec son public pour annoncer la programmation. Pour le moment tant attendu de retrouver son public, l’équipe de l’Archipel avait fait les choses en grand, outre toutes les informations sur les spectacles de la saison, un petit spectacle était offert. Pourquoi les poules préfèrent être élevées …

L’Archipel a lancé sa saison Lire la suite »

Dialogue hautbois piano

Amis d’Alain Marinaro. La chapelle Saint-Julien de Villeneuve-de-la-Raho écrin d’un duo haut de gamme. L’association des Amis d’Alain Marinaro a le don d’enchanter les dimanches, appréciable en ces temps incertains. Après un épatant duo jazzistique la semaine passée à Banyuls, c’était, dimanche 20 septembre, dans la petite chapelle romane Saint-Julien de Villeneuve-de-la-Raho, un concert hautbois …

Dialogue hautbois piano Lire la suite »

Ne pas instrumentaliser la question de la sécurité

Perpignan. Dans le nouveau contexte politique créé, les communistes de la ville veulent faire entendre leur voix et alerter la population. C’est désormais un cadre du RN qui siège à la mairie de Perpignan. Il a commencé par augmenter son indemnité de 17 %, et mettre sa trombine aux quatre coins de la ville. Hormis cela, …

Ne pas instrumentaliser la question de la sécurité Lire la suite »

Des projets à la pelle

Institut Jean Vigo. A l’aube d’une nouvelle saison, les responsables de la structure faisaient le point sur les multiples actions qui s’y développent. Lors de la conférence de lancement de saison 2020/2021 de l’Institut Jean Vigo, Chantal Marchon, responsable de la saison cinéma, Michel Cadé, président, et Frédéric Borgia, directeur, sont intervenus tant sur l’avenir …

Des projets à la pelle Lire la suite »

Jazz en duo

Amis d’Alain Marinaro. A Banyuls, ébouriffant hommage à Louis Amstrong par deux pointures du jazz hexagonal.  Deux personnalités, deux générations,  pourtant, le pianiste de jazz Paul Lay et le trompettiste Eric Le Lann s’entendent comme larrons en foire, et l’un comme l’autre collectionnent prix et distinctions. Tenue décontractée, grande simplicité et proximité avec le public, …

Jazz en duo Lire la suite »

Les stratégies du Parti communiste français

UPTC. Vendredi 18 septembre, la conférence de Roger Martelli ouvre le cycle anniversaire des cent ans de la création du PCF au 44 avenue de Prades à Perpignan. C’est l’historien Roger Martelli qui ouvrira le cycle des conférences qu’a programmées l’UPTC pour commémorer le centenaire du PCF. Il abordera la question des stratégies mise en …

Les stratégies du Parti communiste français Lire la suite »

SUR LE VIF

Cédric Herrou enfin relaxé !

(c) Cédric Herrou-faceboook.

Cédric Herrou, agriculteur de la vallée de la Roya, poursuivi depuis 2016 pour avoir organisé un camp d’accueil de migrants, a enfin été définitivement relaxé. Après cinq ans d’acharnement judiciaire, Cédric Herrou était devenu le symbole de l’aide aux migrants. Un premier procès, en août 2017, l’avait condamné à quatre mois de prison. Le Conseil constitutionnel, saisi par Cédric Herrou, conclut en juillet 2018 au « principe de fraternité » et renvoit l’affaire devant la cour d’appel de Lyon. Le 13 mai 2020, celle-ci lève « toutes les poursuites » engagées à son encontre. Le parquet général avait alors formé un pourvoi en cassation, que la Cour de cassation a refusé ce mercredi 31 mars. « Il est désormais acquis qu’aucune poursuite pénale ne peut être engagée contre une personne qui aura aidé un migrant en situation irrégulière lorsqu’il agit de façon désintéressée », s’est réjoui son avocat, Patrice Spinosi.
Finalement cet acharnement judiciaire aura produit l’effet inverse escompté : le « délit de solidarité » ne pourra plus être évoqué, jurisprudence faisant loi.

Annonces – événements – Rendez-vous

Rendez-vous
© DR.
Solidarité étudiante. Distribution de denrées de premières nécessité

Vendredi 9 avril de 12h à 14h – Devant l’UPVD

UPTC. Rencontre-débat avec Serge Regourd

Vendredi 9 avril à 17h – 44, avenue de Prades – Perpignan 

Activités suspendues à la Casa musicale

En raison des nouvelles mesures sanitaires, toutes les activités (ateliers hebdomadaires, stages de vacances scolaires…), présentées dans un précédent article, sont suspendues à compter du 6 avril et jusqu’au 3 mai 2021, à l’exception des résidences d’artistes professionnels. L’équipe de la Casa musicale reste à la disposition du public pour toute demande d’information.

IMAGE IN CABESTANY – VIDEO-BAR en ligne

La 136ème soirée « Vidéo-Bar » se déroulera le vendredi 2 avril à partir de 21h. Elle sera exceptionnellement en ligne et accessible à tous gratuitement.

Vous y découvrirez des documentaires sur San Francisco et l’Indonésie, quelques fictions réalisées par les élèves de l’option cinéma et audiovisuel du Lycée Picasso et le making of « Faire un film interactif et écologique en temps de Pandémie » qui retrace l’étrange année vécu par les membres de Red Eyes Cool et Film Spring Open, notamment au Mexique, en Pologne et en France

Le principe : des réalisateurs locaux vous présenteront leur création et vous pourrez leur poser vos questions via le chat de notre direct YouTube.

Les soirées « Vidéo-Bar » ont été créées pour permettre aux réalisateurs locaux de diffuser leurs créations et d’échanger avec le public, en toute convivialité. Près de 1000 courts-métrages ont ainsi été diffusés sur la centaine de soirées organisées depuis 1996.

Le thème est libre, les films ne doivent pas dépasser 30 minutes et être en fichier HD sur clé USB (h264.mp4 conseillé). Prévenez-nous au moins 24h à l’avance si vous souhaitez diffuser une œuvre.

Et suivez l’actualité d’Image In Cabestany sur Facebook
et sur le site Image In Cabestany

Mobilisé.e.s pour le climat

© Enrique Campaner Calero

Dimanche matin, veille de l’examen de la loi Climat et résilience, à Perpignan comme dans de nombreuses villes de France, avait lieu une marche pour le climat. Plusieurs centaines de personnes se retrouvaient place de la République à l’appel de Citoyens pour le climat et Alternatiba, avant de défiler en ville avec des arrêts (animés) devant les permanences des députés. Un floraison de slogans, humoristiques, poétiques mais toujours offensifs se lisaient sur des pancartes improvisées, ils exigeaient la nécessaire transition écologique. 

Au micro, une intervenante dénonçait l’inaction du gouvernement Macron face à l’urgence climatique et la mascarade qui a fait suite à la convention citoyenne. Les émissions de CO2 ne baissent pas, la réduction des gaz à effet de serre n’est pas atteinte, le gouvernement ignore les rapports du GIEC. Il importe donc de poursuivre la mobilisation pour exiger une loi climat à la hauteur des enjeux d’aujourd’hui. 

Débrayage à Médipôle

© Frédéric Ferra création.

Mardi 30 mars, les soignants de la polyclinique ont débrayé pour protester contre le projet de  suppression de leur prime d’intéressement acquise depuis plus de 15 ans, alors que des travaux sont en cours pour augmenter le nombre de lits… et les bénéfices. 

Le souvenir de Rose Blanc toujours là

Samedi 27 mars, à l’initiative de Femmes solidaires et de la Fondation pour la mémoire de la Déportation, se tenait l’hommage à Rose Blanc. Autour de Nicole Rey, présidente de la Fondation pour la mémoire de la Déportation, militant.es, élu.es, dont Agnès Langevine, Françoise Fiter, Rémi Lacapère. On notait aussi la présence de deux élus RN de la ville, plutôt déplacée dans cet hommage à une jeune femme communiste, résistante, morte à Auschwitz. Dans son intervention, Nicole Rey saluait le courage et l’engagement de Rose Blanc, son combat aux côtés des Républicains espagnols, comme ses multiples actions dans la Résistance. Elle soulignait également l’engagement féministe de Rose et de ses camarades qui a ouvert la voie au droit de vote des femmes après la guerre. Se souvenir de Rose, ce n’est pas regarder le passé mais nourrir notre vigilance d’aujourd’hui quand refont surface les idées nauséabondes du fascisme, les ferments de la haine et du racisme.

Santé les impératifs du privé

Le TC a proposé un dossier santé. S’il fallait une preuve de la pertinence de nos propos critiques sur la place et les prétentions du secteur privé dans ce domaine crucial pour notre bien-être, l’interview du médecin qui préside la commission médicale de Médipole nous la fournirait (rubrique du site Focus). En effet, aux impératifs de la lutte contre la pandémie et à la place que pourrait prendre le secteur privé il oppose son refus, à partir de ce qu’il croit savoir de la situation, d’être contraint de déprogrammer des interventions. Si on peut comprendre ce souci, on peut y lire aussi une orientation qui réserverait aux hôpitaux publics l’essentiel des interventions contre la Covid et on y trouve des résistances face à la régulation de l’ARS sans doute pour se préserver les parts les plus lucratives du marché.