LE TRAVAILLEUR CATALAN

Depuis le confinement dû au virus, on assiste à une escalade de la violence sans précédent : naufrages provoqués, projection de gaz asphyxiants malgré la présence d’enfants, tirs à balles réelles.

Covid-19 et migrants. Violences inouïes à la frontière gréco-turque, régularisation de sans-papiers en Italie, réouverture des frontières allemandes aux réfugiés. Peut-on encore parler de politique migratoire européenne ?

On s’en souvient, il y a quatre ans un accord était signé entre l’Union européenne et la Turquie. L’objectif pour l’UE était de sous traiter à la Turquie, moyennant six milliards d’euros, la gestion des migrants qu’elle ne voulait pas en Europe. Mais début mars, Erdogan a ouvert ses frontières communes avec la Grèce en représailles aux critiques de l’Europe sur l’offensive turque en Syrie. Des milliers d’exilés se sont alors rués aux frontières gréco-turques (9.300 depuis le début de l’année). Aujourd’hui, plus de 40.000 personnes sont entassés dans et autour des centres « d’accueil » des îles de la mer Egée. L’exaspération de la population locale a permis à des groupes d’extrême droite, soutenus par des néo-nazis du reste de l’Europe, de prendre le contrôle. Désormais, ils terrorisent les citoyens qui soutiennent les réfugiés et le personnel des ONG. Mais depuis le confinement dû au virus, on assiste à une escalade de la violence sans précédent : naufrages provoqués, projection de gaz asphyxiants malgré la présence d’enfants, tirs à balles réelles. Deux jeunes syrien et pakistanais en sont morts. Le 18 mars, les garde-côtes grecs ont arrêté un bateau contenant 36 personnes dont une dizaine d’enfants. Ils ont coupé le moteur mais il n’y a eu aucune tentative de sauvetage de la part des organisations sur place, l’agence des Nations unies pour les réfugiés entre autres. Dans ce contexte, l’équipage danois a refusé d’obéir aux ordres de Frontex (police européenne aux frontières) de refouler hors des eaux territoriales grecques les passagers d’une embarcation interceptée au large des côtes. Ce qui se passe à la frontière gréco-turque prouve que les principes et les valeurs qui guident le droit international et européen ont volé en éclats.

En Italie

A l’inverse, l’Italie s’apprête à régulariser 200.000 sans-papiers. Enfin un peu d’humanité dans ce monde ? En fait, l’agriculture italienne manque de bras. A cause du confinement, les 300.000 travailleurs saisonniers qui viennent traditionnellement de l’est de l’Europe sont restés bloqués chez eux. L’appel à venir prêter main forte aux agriculteurs, lancé aux Italiens chômeurs, étudiants et indépendants n’a pas suffi à combler le déficit. L’instauration prochaine de « couloirs verts » pour faire venir de Roumanie 110.000 saisonniers restera insuffisant. La ministre de l’Agriculture évalue la pénurie de main d’œuvre saisonnière entre 270.000 et 350.000. Sans eux, 40% des produits de la terre pourraient ne pas être récoltés. Or l’Italie, deuxième producteur de fruits et de légumes, avec un chiffre d’affaires de 13 milliards d’euros, ne peut se le permettre. La ministre a donc proposé d’adopter un décret pour régulariser 200.000 clandestins sur les 600.000 qui y travaillent déjà, sans contrat de travail et pour des salaires de misère.

Ailleurs en Europe

L’Allemagne accueille chaque année 300.000 travailleurs saisonniers venant de Roumanie et de Pologne. En raison du confinement, elle leur a tout d’abord interdit l’accès à son territoire. Mais face à la pénurie de main d’œuvre, Berlin vient d’autoriser leur entrée pour assurer les récoltes. Par ailleurs les autorités allemandes ont annoncé être volontaires pour accueillir 1.500 enfants sur les 5.500 actuellement bloqués sur les îles grecques.

Le Portugal quant à lui a décidé de prolonger le droit des immigrés en cours de régularisation jusqu’au 30 juin.

Que va faire la France ? Visiblement l’appel aux enseignants pour aller ramasser les fraises n’a pas suscité d’engouement ! Jusqu’ici, seul le préfet de Seine-et-Marne a fait appel aux réfugiés pour compenser le manque de main d’œuvre étrangère. Mais aux seuls réfugiés en situation régulière. Le gouvernement français va-t-il laisser pourrir les récoltes en se cramponnant à sa peur de provoquer un afflux d’étrangers ? Ou va-t-il régulariser les sans-papiers ? En tout état de cause, il apparaît une fois de plus que chaque état européen opte pour sa méthode et que l’UE est de plus en plus une coquille vide.

 
Cet article est en lecture libre. Pour avoir accès à l'ensemble du site, merci de vous connecter ou vous inscrire

ARTICLES EN LIEN

Le Sri Lanka au bord de la faillite - Les examens scolaires sont annulés pour des millions d'élèves au Sri Lanka faute de papier. C'est le dernier rebond d’une terrible crise économique, qui frappe le pays depuis l’épidémie de Covid-19.

Le Sri Lanka au bord de la faillite Lire la suite »

Un État toujours plus autoritaire - Le gouvernement fait le choix d’une gestion autoritaire de la crise sanitaire, masquant ainsi son absence de stratégie.

Un État toujours plus autoritaire Lire la suite »

Covid i altres - Plusieurs cas de Covid apparaissent dans l’institution; résultat: plus question de pass ou de test, aucune visite n’est désormais autorisée !

Covid i altres Lire la suite »

La City largue les amarres - ©99images.comLes forces conservatrices ont su flatter les tendances identitaires. Brexit. À la veille de Noël 2020, un accord de 1500 pages a été signé, fixant les conditions du départ du Royaume Uni de l’Union européenne.…

La City largue les amarres Lire la suite »

Une PAC plus équitable verra-t-elle enfin le jour ? - (c)Pixabay.Une autre voie pour la PAC envisagée par quarante quatre associations agricoles. Agriculture. Tous les 7 ans, la politique agricole commune (PAC) est renégociée au niveau européen. L’occasion de répartir équitablement les aides financières agricoles.…

Une PAC plus équitable verra-t-elle enfin le jour ? Lire la suite »

Brexit encore et toujours ! - ©Foreign and Commonwealth Office L‘accord de sortie de l’UE, signé le 31 janvier, était censé être définitif en décembre moyennant des aménagements sur la pêche et l’ Irlande. Or Boris Johnson veut revenir sur l’accord…

Brexit encore et toujours ! Lire la suite »

Le Rwanda, poubelle de l’immigration - On pensait avoir tout vu en matière de rejet des réfugiés (dont l’externalisation des demandes d’asile vers des pays de transit tels la Turquie et la Lybie). Le nouvel accord signé entre le Royaume-Uni et…

Le Rwanda, poubelle de l’immigration Lire la suite »

Prix Coup de cœur pour « Vas, Vis et Redeviens » - © DR -AG. Au centre Sylvie Borel entourée des jeunes migrants qui ont participé au projet. Exposition. Hermeline Malherbe, présidente du conseil départemental, Françoise Fiter, vice-présidente, Robert Ferré, président du Festival Off et les responsables…

Prix Coup de cœur pour « Vas, Vis et Redeviens » Lire la suite »

Solidarité - Mobilisation fructueuse. Les jeunes de Banyuls agissent pour leurs camarades menacés d’expulsion. Cela fait bientôt dix ans que cette famille originaire de Mongolie est installée à Banyuls. Quatre enfants, le plus jeune a 18 mois.…

Solidarité Lire la suite »

Mobilisation pour Moria en feu Incendies sur Lesbos - ©DeGust.Flashmob pour demander l'accueil immédiat des réfugiésdew Moria, Lausanne, le 12 septembre 2020. Migrants. Mardi et mercredi de la semaine dernière deux incendies ont ravagé le camp de Moria sur l’île de Lesbos qui abritait…

Incendies sur Lesbos Lire la suite »