LE TRAVAILLEUR CATALAN

Festivals

Variés, surprenants, enthousiasmants, les concerts de Jazzèbre ont une fois de plus enchanté leur public.

Au théâtre municipal, le 14 octobre deux concerts se succédaient.

Michel Portal et Roberto Negro 

En premier Michel Portal, si aimé depuis bien longtemps, et continuant, à 87 ans, à faire courir les foules. Pas seul, même s’il ne néglige pas les solos, mais renouvelant ses associations pour nous faire visiter des chemins nouveaux. Il s’est associé, acoquiné disent ses amis, et c’est bien vrai, à un jeune pianiste italien, Roberto Negro, fou d’improvisation. Pas inconnu lui non plus de Jazzèbre où il s’est déjà produit. Le résultat est une superbe promenade, jalonnée par les confidences et les commentaires de Portal. Pour le plaisir de tous et surtout des fidèles, devenus aussi des ainés, les standards et les créations passées de Portal surgissent ici et là cependant que l’aventure commune, les jaillissements de poésie, la franche camaraderie pleine d’élan nous comblent de bonheur. 

Shaï Maestro Quartet

La scène explose avec Shaï Maestro quartet qui joue Human, un moment musical d’une éloquence émotionnelle exceptionnelle. Venant d’Israël mais vivant désormais à Brooklyn Shaï Maestro est considéré comme l’un des talents les plus éclatants de la jeune génération jazz. Le quartet s’est créé en 2020, pour la création de Human. Sont donc ensemble sur scène Shaï Maestro, pianiste, Ofri Nehemya, batteur, Philip Domkin, basse et Philip Dizack, trompette. Shaï Maestro, remarquable et fin pianiste, mène le jeu en multipliant les contrastes. Ensembles et solos s’entremêlent, chacun s’y mettant à son tour. Dans un long solo, puissant, extraordinairement diversifié, le batteur Ofri Nehemya nous porte au plus haut, les variations de la trompette de Philip Dizack sont infiniment diverses. Le solo du bassiste Donkin ne leur cède en rien. À la fois magnifique ensemble, puissance et vérité de chacun, ce concert nous transporte de bonheur, continuant encore après le final, comme si on ne voulait plus se quitter. 

Yvette Lucas

 
Cet article est en lecture libre. Pour avoir accès à l'ensemble du site, merci de vous connecter ou vous inscrire

ARTICLES EN LIEN

Jazz et ciné font bon ménage  - Jazzèbre et l’Institut Jean Vigo présentaient de concert leurs saisons à venir, un bien sympathique lancement.

Jazz et ciné font bon ménage  Lire la suite »

À Port-Vendres, les enfants chantent - (c)LucA.Les enfants chantant avec leur instructrice et M. Jacques. Jazzèbre. Invités par Jazzèbre, les élèves d’une classe de l’école Pasteur ont écrit les paroles de deux chansons et les ont chantées devant les autres écoliers.…

À Port-Vendres, les enfants chantent Lire la suite »

On s’évade avec Jazzèbre - Festival. Du 25 septembre au 18 octobre, la 32e édition de Jazzèbre sera une invitation à voyager dans l’originalité et la tradition du jazz. Pour ce 32e festival Jazzèbre, l’équipe a réussi à mettre en…

On s’évade avec Jazzèbre Lire la suite »