LE TRAVAILLEUR CATALAN

La fin des tarifs réglementés de vente aux particuliers du gaz au 1er juillet place les usagers et consommateurs devant un choix urgent à opérer. 2.600.000 foyers sont concernés. Les fournisseurs ne manquent pas qui vantent leurs tarifs à longueur de colonnes, de courriers et de publicité sur le net. Ils ne produisent rien, n’entretiennent pas les réseaux de distribution, ils achètent des lots sur les marchés et ils vendent. Dans quelques jours donc, liberté leur sera accordée de fixer les prix de vente. Nous verrons bien. Mais il faudra choisir. Dans la jungle de la concurrence libre et faussée, le citoyen, bien malgré lui, va devoir arbitrer. Sans aucune connaissance technique, sans aucune maîtrise. Belle perspective. Le consommateur devient responsable de ce qui lui arrive. Comme pour l’électricité. Comme pour la téléphonie. Comme pour le Fret-rail…

Nous pourrions, sans aucun doute, accepter sans mot dire, sans même réfléchir aux enjeux, et subir, en silence. « C’est comme ça, on n’y peut rien… ».

Nous pourrions aussi contester. Certaines forces, associatives, syndicales et politiques mettent en avant des alternatives possibles. La CGT, de son côté, est très active sur ce terrain, œuvrant et militant pour un « Pôle public de l’énergie réunifié dans le cadre d’un Établissement public à caractère industriel et commercial, Epic », excluant les spéculations, les spéculateurs et les fabuleux bénéfices réalisés. D’autres syndicats penchent dans ce sens, de plus en plus nombreux. Du côté politique, les partis de gauche de la Nupes, aujourd’hui, ne déploient pas tous les mêmes efforts. Les discussions permettent quand même des avancées. Le PCF, historiquement, et LFI, comme la CGT, sont aussi porteurs de l’exigence démocratique d’un service public réunifié, d’un pôle public « énergie » débarrassé des intérêts financiers. Les citoyens devront peser.

 
Cet article est en lecture libre. Pour avoir accès à l'ensemble du site, merci de vous connecter ou vous inscrire

ARTICLES EN LIEN

Gaza, j’ai honte - Une armée moderne, d’un pays que l’on dit démocratique et civilisé, bombarde et tue, à grande échelle.

Gaza, j’ai honte Lire la suite »

Sans titre… - Difficile d’écrire un « édito » aujourd’hui. Médiatiquement, des informations écrasent tout, nous submergent, occupent l’espace. Comme le disait Coluche, avec subtilité : « On s’autorise à penser dans les milieux autorisés… » en utilisant…

Sans titre… Lire la suite »

Pour faire du rien ? - Près de 30 000 témoignages de victimes recueillis en moins de trois ans. Un coup d’ampleur porté au déni et au tabou grâce au travail de la Commission indépendante sur l’inceste et les violences sexuelles…

Pour faire du rien ? Lire la suite »