LE TRAVAILLEUR CATALAN

Militant. Dès son plus jeune âge dans le milieu agricole, il le demeura toute sa vie. Il créa un maquis, fut déporté et échappa de justesse à la mort sur un bateau allemand. Il continua à militer jusqu’à son centenaire en compagnie de son épouse Françoise qui partageait ses convictions et son action.

Né en 1905 à Thuir dans une famille paysanne, Emile Lassalle y mourut en 2008, à l’âge de 102 ans. Peu de temps avant de devenir centenaire, il allait encore chaque semaine porter à domicile le Travailleur Catalan. Son père, Jean Lassalle, radical et anticlérical, fut au début du XXe siècle conseiller municipal de Thuir. Il avait quatre frères et sa mère, Thomase Gali, était, comme beaucoup de femmes à l’époque, de tradition catholique. Emile obtint le Certificat d’études primaires à l’âge de 12 ans et se consacra ensuite aux travaux agricoles dans l’exploitation familiale. Sa famille fut très affectée par la mort d’un des fils à la guerre, un autre étant blessé à quatre reprises ; à la suite de ces malheurs la mère mourut en 1916. Tout ceci rendit Emile profondément antimilitariste. Tout jeune, il côtoya les militants socialistes de Thuir, ceux qui allaient en 1920 prendre le chemin du parti communiste. Emile Lassalle fit son service militaire au moment de la guerre du Rif (1925). Il lisait alors l’organe régional du parti communiste qui pénétrait dans la caserne. Dès son retour à Thuir il adhéra au parti communiste dont il devint un militant très actif. Pour sa part petit exploitant agricole, il s’engagea dans les luttes des ouvriers agricoles et fut chargé du secrétariat du syndicat des ouvriers agricoles de Thuir, qui adhéra à la CGTU et rassemblait en 1929-30 environ 300 adhérents. Emile Lassalle participa en 1931 au VIe Congrès national de la CGTU. En 1937, après la réunification syndicale, il était secrétaire du syndicat CGT des ouvriers agricoles de Thuir.

Il se maria en 1929 avec Françoise Salvado qui était née en 1908 dans la province de Lérida, en Cerdagne espagnole, et qui mourut en 2005, l’année du centenaire d’Emile, après une longue vie de partage, aussi bien conjugal que militant. Ils eurent un fils Armand, né à Thuir en 1929. Armand milita au PCF et fut élu au conseil municipal de Thuir Il eut deux filles. La fille de l’une d’elles, Emilie Hoerner, recueillit la mémoire de son arrière-grand-père et mit en forme son autobiographie inédite, un tapuscrit de 50 feuillets.

Emile Lassalle devint aussi, vers 1935, secrétaire de la cellule de Thuir du parti communiste, puis de l’une d’elles lorsqu’elles furent au nombre de trois. Il fut aussi secrétaire de la section de Thuir, jusqu’à la dissolution du PCF en septembre 1939. Mobilisé en 1939 dans une unité qui regroupait des « suspects politiques », il fut démobilisé en juillet 1940.

Une entrée en résistance qui « allait de soi »

Dès son retour à Thuir son domicile fut perquisitionné. Il prit contact fin 1941 ou début 1942  avec l’organisation communiste clandestine dirigée par Julien Dapère et fut un des fondateurs du des FTPF (Francs tireurs et partisans français) à Thuir. Dès le mois de mars 1943 il participa activement à la création du maquis FTPF de Caixas, le premier maquis des Pyrénées-Orientales où se réfugiaient les réfractaires au STO. Il en assurait le ravitaillement. Il rejoignit ensuite les FTPF de l’Aude et plus tard allait se diriger vers les maquis de l’Aveyron. Mais il fut arrêté à Perpignan par une patrouille allemande en juin 1944 et fut déporté en juillet 1944 au camp de Neuengamme. Devant l’avance alliée, en 1945, les Allemands déplacèrent une partie des déportés du camp de Neuengamme à Lübeck, embarquant sur trois cargos en mer Baltique quelques centaines de prisonniers parmi lesquels Emile Lassalle. Une tragique aventure maritime, un bombardement par l’aviation anglaise se produisit alors, tuant des centaines de prisonniers. Embarqué sur le troisième bateau, Emile Lassalle en sortit miraculeusement indemne. Il regagna Thuir le 22 mai 1945, ne pesant que trente-cinq kilos. Il y retrouva, aux côtés de Françoise qui n’avait jamais douté de son retour, son poste de secrétaire de la section communiste.

Un engagement profond, durable, dans la paix comme dans les malheurs.

Il fut candidat tête de liste du PCF à Thuir de 1945 à 1971, toujours sans succès, contre les socialistes Noguère et Gregory. Il fut aussi candidat, en 1945 au conseil général, là aussi battu par le socialiste. Julien Dapère le proposa pour l’ordre de la Légion d’honneur et il fut fait chevalier le 8 avril 1989 en sa qualité de soldat des FFI, résistant et déporté. Après 1945 et durant toute sa longue vie Emile Lassalle, toujours agriculteur, fut un militant communiste dévoué, très actif et très estimé. Il fut aussi durant une longue période président de l’Amicale 66 des Vétérans du PCF, continuant ensuite à assister aux assemblées générales presque jusqu’à son centenaire. Il éprouva aussi le besoin d’écrire le récit de sa vie qu’il paracheva peu de temps avant sa mort avec l’aide de son arrière-petite-fille.

Lors de ses obsèques à Thuir, en 2003, Georges Bartoli déclarait : « Oui, l’engagement d’Emile Lassalle est un engagement de classe, profond, sincère, instinctif ». Il notait aussi le caractère de ce paysan obstiné, mais discret autant que modeste, sa fidélité lucide, claire, volontaire, et la confiance qu’il savait faire aux jeunes.

Yvette Lucas

Une biographie d’Emile Lassalle est publiée dans le maitron – https://maitron.fr

 
Cet article est en lecture libre. Pour avoir accès à l'ensemble du site, merci de vous connecter ou vous inscrire

ARTICLES EN LIEN

Antoine Cayrol, Jordi Pere Cerdà en littérature - copyright DR Jordi Pere Cerda Figures militantes. Antoine, un enfant de la montagne devenu résistant, écrivain, poète, reconnu grand maître en littérature catalane. Jordi Pere Cerda est un grand écrivain. Un très grand, même, voilà…

Antoine Cayrol, Jordi Pere Cerdà en littérature Lire la suite »

Mon père ce héros - (c)DR.Lucien Pouzoulet portait ce livre en lui depuis des années, Ils ont eu ce courage est aujourd’hui publié Livre. Émouvant hommage de Lucien Pouzoulet à un homme de courage et d’engagement. Lucien Pouzoulet portait ce…

Mon père ce héros Lire la suite »

Narcis Falguera. Une longue marche jamais interrompue - (c) DR.Narcis Falguera : " Que vive à jamais le souvenir des combattants de la Liberté ! " Officier de l’Armée républicaine espagnole. militant communiste et syndical, interné en France lors de la Retirada,Narcis Falguera devint résistant dans…

Narcis Falguera. Une longue marche jamais interrompue Lire la suite »

Francis Sentis, un combattant infatigable - ©DR. Résistance et militance. Engagé aux Jeunesses communistes dès sa jeunesse, résistant de la première heure, Francis Sentis fut une figure militante aimée du Parti communiste perpignanais jusqu’à son dernier souffle. « Sa vie bien remplie…

Francis Sentis, un combattant infatigable Lire la suite »