LE TRAVAILLEUR CATALAN

(c) M.M.

Une partie des salariés de l’enseigne s’est mise en grève, samedi matin. La direction voudrait imposer une nouvelle organisation du travail. Les clients habituels comprenaient mal, et pour cause. Que peut donc bien signifier le mal nommé projet TOP ? Les employés ont alors expliqué, inlassablement : « C’est une nouvelle tentative d’importer le Taylorisme dans l’entreprise (ou sa version du moment, le Lean managment). Concrètement, ils veulent transformer les employés des rayons en OS, en simples exécutants pour une seule tâche, comme dans les usines automobiles ». Précédemment, le responsable d’un rayon avait une certaine autonomie, des tâches diversifiées, une visibilité sur le travail effectué, une certaine connaissance acquise des produits. Avec TOP, finies la réflexion, la créativité, l’initiative et l’intelligence. « On leur portera des palettes et ils rempliront les rayons, aux ordres ». Point final. « C’est un combat pour la dignité et la qualité du travail que nous menons », précisait ainsi la responsable CGT du mouvement.

 
Cet article est en lecture libre. Pour avoir accès à l'ensemble du site, merci de vous connecter ou vous inscrire

ARTICLES EN LIEN

Pour des états généraux de l’éducation - © David DeixonneManifestation du corps enseignant à Perpignan le 26 janvier, répondant à l’appel national #plandurgencepourlecole.  Appel. Alors que s’accroissent les inégalités, enseignants et pédagogues de la maternelle à l’université, lancent un appel pour une…

Pour des états généraux de l’éducation Lire la suite »

Dans le domaine de la Santé, rien ne va plus - (c) M.M.Le carnaval de l’action sociale et de santé a donc remis sur le devant de la scène les revendications des personnels, quels qu’ils soient. Perpignan. La journée nationale d’action intersyndicale contre « la mascarade gouvernementale »…

Dans le domaine de la Santé, rien ne va plus Lire la suite »

Des « briseurs de grève légaux » - OpenClipart-Vectors de Pixabay  photo (c) Jean Pouech. A la poste de Prades, chez le Premier ministre, il y a eu un conflit. Les salariés solidaires ont fait grève à 100 % pour ne pas voir leurs conditions d’exercice…

Des « briseurs de grève légaux » Lire la suite »