LE TRAVAILLEUR CATALAN

© Renaud Camus – Flickr. CC BY 2.0

Il ne faudrait pas que certains paysans gascons
Imitent par leurs actes certains paysans bretons
Quand ça va mal, ils veulent tout casser
Mais pour les mêmes, sont prêts à revoter
Chez nous aussi, ceux qui ont voté Giscard
Sont maintenant ceux qui font le plus de pétard
J’ignore si les dirigeants de la FDSEA
Auront le courage de faire leur mea culpa
Car ceux sont eux, avec leur loi d’orientation
Qui nous ont amenés à notre triste situation
Nous sommes à présent jusqu’au cou endettés
Le crédit agricole sera notre seul héritier
Il faudrait tous ensemble, organiser les manifestations
Pour nous défendre, c’est le seul moyen que nous avons
Petits paysans, vous ne devriez jamais oublier
Que vous décidez de votre sort, lorsque vous votez
Ce n’est pas en votant pour les châtelains
Que nous pourrons sortir de notre pétrin
Nos ancêtres ont vécu dans la misère et la peur
Ils étaient les esclaves des leurs qui étaient les seigneurs.

Juillet 1974
Joseph Hourtic

 
Cet article est en lecture libre. Pour avoir accès à l'ensemble du site, merci de vous connecter ou vous inscrire

ARTICLES EN LIEN

La France et son d’Estaing - openDemocracy Notre président nous fait bien un peu l’aumône Sans doute est-il plus généreux pour Anémone Candidat, il n’était pas avare de promesses Mais sitôt élu, de les oublier, il s’empresse Il est sportif et…

La France et son d’Estaing Lire la suite »

Souvenirs de la clinique de l’Ormeau – Tarbes Hautes-Pyrénées - (c) Sergio Sona formulaire PxHereBâtiment de ferme. La clinique de l’Ormeau Est pour moi un vrai château De mon lit je vois les Pyrénées Que j’admire toute la journée En bas il y a un champ immense…

Souvenirs de la clinique de l’Ormeau – Tarbes Hautes-Pyrénées Lire la suite »

Au personnel féminin du troisième étage de la clinique de l’Ormeau à Tarbes (Hautes-Pyrénées) - (c)  Mabel Amber de Pixabay.Hirondelles  Les hirondelles Savez-vous comment je les appelleEh bien ce sont mes hirondellesElles vont, viennent toujours presséesIl y a tant de malades à soignerA peine les avez-vous aperçuesVous portant déjeuner ou pilulesElles s’arrêtent…

Au personnel féminin du troisième étage de la clinique de l’Ormeau à Tarbes (Hautes-Pyrénées) Lire la suite »