LE TRAVAILLEUR CATALAN

Flamme

Monsieur Lartigue m’a accordé un sursis
Pour préparer mon examen d’entrée au paradis
Et moi je crois voir par la pensée
Comment cet examen va se passer
Tu es en retard va me dire Saint-Pierre
Je t’attendais pendant l’avant-dernière guerre
Mais Saint-Pierre, à qui la faute, si de mon corps
Il n’y en eut alors qu’un petit bout de mort
Oui, mais tu étais alors pur comme une fleur de lys
Et tu serais rentré tout droit au paradis
Mais depuis tu as fait beaucoup de pêchés
Je l’ai vu en consultant ton dossier
Oh ! remarque qu’au ciel ça devient monotone
Depuis quelque temps, il n’y vient presque personne
Mais avec le patron je ne veux pas d’histoires
Le mieux est que je t’envoie au purgatoire
Et là, si tu veux te racheter
Tu passeras tout ton temps à prier
Mais, Saint-Pierre, jamais je ne pourrai
Un traitement si rigoureux supporter
Mon pauvre ami, si tu n’es pas content
Je vais être obligé de te livrer à Satan
Lui, avec ses cornes et son trident
T’amènera sans pitié et tambour battant
Il ouvrira devant toi les grandes portes en fer
Et sans ménagement te précipitera en enfer
Là, dans les éternelles flammes
Se consumera lentement ton âme
Merci Saint-Pierre, moi qui suis très frileux
Je pense que c’est là que je serai le mieux.

Mars 1974
Joseph Hourtic

 
Cet article est en lecture libre. Pour avoir accès à l'ensemble du site, merci de vous connecter ou vous inscrire

ARTICLES EN LIEN

La France et son d’Estaing - openDemocracy Notre président nous fait bien un peu l’aumône Sans doute est-il plus généreux pour Anémone Candidat, il n’était pas avare de promesses Mais sitôt élu, de les oublier, il s’empresse Il est sportif et…

La France et son d’Estaing Lire la suite »

Souvenirs de la clinique de l’Ormeau – Tarbes Hautes-Pyrénées - (c) Sergio Sona formulaire PxHereBâtiment de ferme. La clinique de l’Ormeau Est pour moi un vrai château De mon lit je vois les Pyrénées Que j’admire toute la journée En bas il y a un champ immense…

Souvenirs de la clinique de l’Ormeau – Tarbes Hautes-Pyrénées Lire la suite »

Au personnel féminin du troisième étage de la clinique de l’Ormeau à Tarbes (Hautes-Pyrénées) - (c)  Mabel Amber de Pixabay.Hirondelles  Les hirondelles Savez-vous comment je les appelleEh bien ce sont mes hirondellesElles vont, viennent toujours presséesIl y a tant de malades à soignerA peine les avez-vous aperçuesVous portant déjeuner ou pilulesElles s’arrêtent…

Au personnel féminin du troisième étage de la clinique de l’Ormeau à Tarbes (Hautes-Pyrénées) Lire la suite »