LE TRAVAILLEUR CATALAN

J’ai entendu cette remarque plus de mille fois. De la part d’amis, de proches, ou d’inconnu.e.s, lors de rencontres au cours d’activités militantes. « Vous êtes tous nuls ! » aussi, « incapables de vous entendre et de vous rassembler » et « nous avons la gauche la plus bête du monde ».

Ces remarques, maintes fois entendues il n’y a pas si longtemps lors des municipales perpignanaises, sont lourdes et blessantes. Au delà de ça, elles n’en restent pas moins l’expression spontanée et souvent franche et honnête de citoyens de « gauche », militants ou pas, électeurs déçus, souvent éloignés des détails et des éléments qui nourrissent l’évolution de certaines postures politiques. Nous devons les entendre.
D’autres citoyens, beaucoup moins nombreux, expriment leurs colères, leurs méfiances répétées, leurs désaccords et leurs intransigeances politiques, accusant tel ou tel partenaire (adversaire ?) de décisions politiques inacceptables et indéfendables. Ils argumentent parfois. Il faudra aussi les entendre et débattre.

J’évoque là, vous l’aviez deviné, la proximité de nouvelles élections importantes, départementales et régionales (article page 7). Parlons simplement. Dans notre département et ailleurs, en France, les droites libérales ou autoritaires préparent des conquêtes et des reconquêtes. Ils ne s’en cachent pas et leurs longues dents apparaissent au grand jour, rayant le parquet. Pas simplement pour eux mêmes d’ailleurs, mais pour prendre des décisions. Ils ont besoin, de Macron au Rassemblement national, de Grau à Aliot, de ces leviers régionaux et départementaux pour pousser plus loin leurs politiques et leurs objectifs régressifs. Ils souhaitent une société de compétition, une société du chacun pour soi, une société éclatée où les services publics seraient réduits à leur plus simple expression (transports, santé, formation, éducation, logement, sécu, environnements…), une société de la culpabilité des individus, isolés et responsables de leur sort, de leurs souffrances ou de leur pauvreté, une société de la délation. Ça les arrange.

Sans nier les différences, sans mettre sous le tapis (ce qui serait une grande bêtise) les contradictions internes, les ressentiments justifiés, les histoires différenciées des partis, la gauche porte, dans le cœur des gens et dans le réel, des valeurs opposées. L’ensemble des citoyens a tout intérêt à s’y intéresser.

 
Cet article est en lecture libre. Pour avoir accès à l'ensemble du site, merci de vous connecter ou vous inscrire

ARTICLES EN LIEN

Grandir ensemble/Crever tout seul - © Pikist Pourquoi faire simple et s’unir pour gagner, alors qu’il est plus marrant de se diviser à n’en plus finir et de perdre quasiment toujours. Partir tout seul, se prendre pour le centre du…

Grandir ensemble/Crever tout seul Lire la suite »

L’espoir renaît en Amérique du Sud - ©Delgé.Ce référendum est un acquis de la mobilisation sociale sans précédent déclenchée à l’automne 2019. Amérique latine. Le pire n’est pas toujours sûr, exemples le Chili et la Bolivie. Ces derniers temps, les espoirs nés…

L’espoir renaît en Amérique du Sud Lire la suite »

Débat démocratique ou fascisme larvé ? - (c)DR.Des millions d’américains se demandent si le vote changera quelque chose pour eux. USA. La période électorale actuelle n’est guère rassurante, et les débats mettent en lumière le manque cruel de démocratie. Les soubresauts qui…

Débat démocratique ou fascisme larvé ? Lire la suite »

Va-t-on nous refaire le coup de 2017 avec 2022 ? - Crise sanitaire. Alors que la bataille du « jour d'après » s'aiguise, des personnalités connues de la gauche et de l'écologie concoctent au sein de cercles étroits des stratégies de diversion, en vue de la…

Va-t-on nous refaire le coup de 2017 avec 2022 ? Lire la suite »

Cap au Sud - « Lamanère, notre passion commune » , ce sont sept hommes et femmes réunis, outre l’amour de leur village, par « des valeurs humanistes... » Lamanère. Gisèle Juanole et son équipe entendent dynamiser et exploiter les atouts de la…

Cap au Sud Lire la suite »

Les acteurs du futur en bord de mer - " Le défi, écrit Jean-François Pescador dans sa profession de foi, c’est de défendre les intérêts de la commune et donc de tous ses habitants, avec le souci d’une bonne gestion qui s’appuie sur tous…

Les acteurs du futur en bord de mer Lire la suite »