LE TRAVAILLEUR CATALAN

Des migrants à bord du remorqueur L’Abeille Languedoc après avoir été secourus suite à une panne du générateur de leur bateau dans les eaux françaises alors qu’ils tentaient la traversée vers l’Angleterre. 9 mai 2022.
© Sameer Al-Doumy / AFP Lauréat du Visa d’or humanitaire du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) 2022
.

Visa

Au fil des années, le festival continue de déplacer un public nombreux tant aux expositions qu’aux soirées, signe de l’intérêt porté à l’état du monde, manque le débat.

Des queues interminables place Gambetta même sous la pluie. C’était lors de la première soirée de projection de Visa 2022. Depuis plus de 30 ans, la passion est intacte, signe que nos concitoyens se sentent concernés par ce qui advient dans notre monde, bien trop de drames, malheureusement. Parmi ceux-ci, celui des migrants. À cet égard, Les routes de la mort, le reportage du jeune franco-syrien Sameer Al-Doumy (Prix Croix rouge internationale, Palais des Corts) est emblématique. De 2020 à 2022, il a suivi ces migrants qui tentent désespérément de gagner l’Angleterre sur des embarcations de fortune. Des morts, toujours. Des drames qui, déclare le photo-reporter « n’entraînent aucune inflexion des politiques sécuritaires qui, selon de nombreux observateurs, en sont la principale cause. » Et de conclure : « il est à craindre qu’après la Méditerranée, la Manche ne devienne un autre cimetière à ciel ouvert. » Un regard de photographe qui éveille les consciences.

Quant aux projections, elles dévoilent mille situations largement ignorées, les effroyables conséquences du réchauffement climatique dans certains coins de la planète, des guerres oubliées, comme elles plongent au cœur des travaux de Notre-Dame de Paris…Tout cela résulte de choix qui mériteraient débat, débat absent lors des projections. Pourquoi la quasi absence de la Palestine ? Pourquoi l’impossibilité d’une présentation objective de l’économie de la Chine (Sinomocène images de Davide Monteleone) ? Ou du le Venezuela ? Pourquoi trop de commentaires qui assènent au lieu d’argumenter ? C’est un aspect de Visa qui devrait interpeler. Particulièrement au moment où s’ouvrent les semaines scolaires.

Saluons aussi la vitalité du Off qui sème des images partout en ville.

Nicole Gaspon

 
Cet article est en lecture libre. Pour avoir accès à l'ensemble du site, merci de vous connecter ou vous inscrire

ARTICLES EN LIEN

Le Rwanda, poubelle de l’immigration - On pensait avoir tout vu en matière de rejet des réfugiés (dont l’externalisation des demandes d’asile vers des pays de transit tels la Turquie et la Lybie). Le nouvel accord signé entre le Royaume-Uni et…

Le Rwanda, poubelle de l’immigration Lire la suite »

Prix Coup de cœur pour « Vas, Vis et Redeviens » - © DR -AG. Au centre Sylvie Borel entourée des jeunes migrants qui ont participé au projet. Exposition. Hermeline Malherbe, présidente du conseil départemental, Françoise Fiter, vice-présidente, Robert Ferré, président du Festival Off et les responsables…

Prix Coup de cœur pour « Vas, Vis et Redeviens » Lire la suite »

Solidarité - Mobilisation fructueuse. Les jeunes de Banyuls agissent pour leurs camarades menacés d’expulsion. Cela fait bientôt dix ans que cette famille originaire de Mongolie est installée à Banyuls. Quatre enfants, le plus jeune a 18 mois.…

Solidarité Lire la suite »