LE TRAVAILLEUR CATALAN


Au Champ de Mars, la direction fédérale du PCF66 et une délégation de la section de Perpignan ont présenté le plan de réconciliation par l’égalité républicaine.

Égalité républicaine

Les communistes des P.-O. ont choisi ce quartier de Perpignan pour présenter leur pacte de réconciliation. 

La mort de Nahel, 17 ans, abattu par un policier pour un refus d’obtempérer à Nanterre, le 27 juin, a suscité une onde de choc et provoqué des violences urbaines. La fracture sociale à l’origine de ces événements et qui ne cesse de s’aggraver sous les coups de boutoir des politiques ultra-libérales, appelle une réponse politique. C’est la voie choisie par le PCF porteur d’un « plan de réconciliation nationale par l’égalité républicaine » qui propose quinze mesures prioritaires parmi lesquelles le rétablissement d’une police de proximité, l’abrogation de la loi de 2017 sur l’usage des armes dans la police, des moyens accrus pour les communes et un vaste dispositif en direction de la jeunesse. 

La direction fédérale du PCF66 a choisi le quartier du Champ de Mars à Perpignan, emblématique des territoires délaissés de la République, pour présenter ce plan à la presse. « L’assassinat de Nahel a éveillé un sentiment d’injustice dans une jeunesse confrontée aux violences policières », a dénoncé Michel Coronas, condamnant tout aussi clairement « les violences qui ont suivi et qui n’apportent pas le début d’une solution ». Le porte-parole du PCF66 ne s’est pas privé, au passage, de fustiger « le discours de Louis Aliot qui vise à créer des oppositions dans la population entre des zones rurales qui seraient ignorées alors que les quartiers seraient inondés d’argent public » … 

Déplorant « les ravages de la précarité dans le département avec un taux de chômage record de 11,8 % » ainsi que « la destruction massive des services publics » dans les territoires « oubliés », Michel Coronas a qualifié de « cynique » l’augmentation de 10 % du prix de l’électricité au 1ᵉʳ août qui va encore aggraver la situation des plus précaires. La jeunesse, a aussi rappelé le porte-parole du PCF66, est touchée dès l’enfance par les inégalités : « En France aujourd’hui, un enfant sur trois est privé de vacances ».

Double peine 

Élu départemental sur le canton, Rémi Lacapère a pointé, de son côté, « le sentiment d’abandon » ressenti par les populations, mais aussi par les élus « de plus en plus démunis ». « Il y a un problème démocratique », estime l’élu communiste. « Les gens ne sont pas écoutés, ils ne sont pas associés réellement aux décisions concernant leur cadre de vie ». Et double peine, par les discours de rejet dont ils sont la cible, « on rend les plus fragiles responsables de la situation qu’ils subissent ». 

« Unissons-nous autour d’un grand projet de progrès social et d’engagement républicain » : tel est le sens de l’appel du Champ de Mars, lancé par des communistes déterminés.

Serge Bonnery

 
Cet article est en lecture libre. Pour avoir accès à l'ensemble du site, merci de vous connecter ou vous inscrire

ARTICLES EN LIEN

Appel à la raison et à l’espérance - Les communistes des P.-O. et leurs invités se sont rassemblés autour de la direction de leur parti à l'occasion des vœux.

Appel à la raison et à l’espérance Lire la suite »

Les combats à mener - La direction départementale du PCF 66 tenait une conférence de presse afin de faire le point sur la situation dans les P.-O. mais aussi nationale et internationale en cette veille de fêtes.

Les combats à mener Lire la suite »

La confiance en l’avenir - Un parterre attentif d’une soixantaine de militants, rajeuni pour l’occasion, s’est retrouvé à la maison des communistes pour l’assemblée générale de rentrée. Les sujets brûlants de l’actualité politique ont été débattus.

La confiance en l’avenir Lire la suite »