LE TRAVAILLEUR CATALAN

Will Skelton l’homme et demi.

Une USAP pourtant séduisante ne ramène aucun point de La Rochelle (32-16).

Bien sûr, le score peut paraître lourd à quiconque ne regarde que le résultat final. Et pourtant l’USAP a fait mieux que se défendre, a fait mieux que résister dans ce chaudron toujours plein à craquer qu’est le stade Marcel Deflandre des Rochelais. Et s’il est un match d’où les Catalans auraient mérité de ramener un petit quelque chose c’est bien de Charente-Maritime, face, pourtant, aux vice champions de France et d’Europe 2020-2021.

Très bons en défense, moins bons en attaque

Ce ne fut effectivement pas facile d’endiguer les assauts répétés des Rochelais et du gabarit impressionnant de certains d’entre eux, à l’image de leur seconde ligne australien Will Skelton et ses mensurations hors normes (2,03 m pour 140 kg). Difficile aussi de contenir la mêlée adverse composée de joueurs préparés à des joutes de très haut niveau. Mais les Catalans s’y sont filés, comme on dit en langage rugbystique. Les sang et or se sont démultipliés en défense, même si leur ligne d’essai  fut violée à quatre reprises. Leur capitaine Mathieu Acebes, voulant sensibiliser ses joueurs, pense qu’ «il n’y a pas de quoi être fiers de prendre trente points », mais insiste sur le fait qu’ « on a été pas trop mal en défense tout de même ». Avec, encore une fois, Joaquin Oviedo qui a réalisé 23 placages et qui avance, comme toujours, à chaque impact. Excellent pour un jeune de vingt ans ! Quant à l’attaque, elle apparut sous des jours meilleurs en de nombreuses autres occasions. Mathieu Acebes analyse le fait que « les joueurs n’ont pas suffisamment porté le ballon et se sont montrés très frileux ». Dérangeant à quatre journées de la fin du championnat. Trois matchs restent effectivement à jouer en Top 14 et presque inévitablement l’access match, celui qui fixera l’avenir de l’USAP en Top 14 ou Pro D2 pour la prochaine saison. Il sera, en effet, très difficile aux Catalans de doubler l’équipe briviste pour lui confisquer la douzième place synonyme de maintien direct en Top 14. En particulier si les joueurs au blason laissent échapper des victoires à cause de petits détails qui font basculer le gain du match d’un camp à l’autre.

Trois erreurs qui coûtent la victoire

À quelques secondes de la mi-temps La Rochelle ne menait que de deux petits points (10-8) alors que les Catalans avaient de nombreux titulaires sur le banc pour la seconde période. Mais une mauvaise transmission demi-arrière obligeait l’USAP à passer trois minutes sur ses cinq mètres et encaisser au final un essai par le puissant Skelton. Immérité ! Mais erreur qui coûtait sept points et un 17-8 à la pause au lieu de 10-8. Pas pareil, n’est-ce pas ! Autre détail qui pesa lourdement dans le résultat final, ce fut l’erreur de l’ailier catalan Bautista Delguy, très bon par ailleurs car auteur des deux essais de son équipe. Il voulut, comme à son habitude, relancer un ballon de ses 22, au lieu de dégager, et se fit croquer. D’aucuns penseront que ça devait arriver un jour ! Un essai rochelais qui précipita la défaite des sang et or. Comment, d’autre part, passer sous silence la piètre prestation de Melvyn Jaminet dans les tirs au but. Il laissa les quatre points des transformations des deux essais de son équipe, pourtant très réalisables pour un joueur de son acabit. Même si défensivement il fit un match plus que correct, très surveillé qu’il fut dans ses relances. Ses adversaires savent maintenant ce dont il est capable, n’étant plus dans la forêt épaisse de la Pro D2. Faites les comptes ! L’USAP aurait, dès lors, pu se rapprocher à 22-20. Et après? Ce ne sont que des si, bien sûr, mais qui peuvent étayer le fait que les Catalans firent tout de même un match digne d’une équipe qui mériterait de rester en Top 14 la saison prochaine. Un début de réponse ce samedi 30 avril avec la réception musclée de Brivistes qui viennent jouer leur match du maintien, soutenus par près de trois cents supporters. Un goût de phases finales avant l’heure !

Fins aviat !

Jo Solatges

 
Cet article est en lecture libre. Pour avoir accès à l'ensemble du site, merci de vous connecter ou vous inscrire

ARTICLES EN LIEN