LE TRAVAILLEUR CATALAN

Mémoire

L’Association Maitron Languedoc-Roussillon vient d’éditer les actes d’un colloque tenue en 2011 portant sur les tentatives de restructuration de la gauche entre 1945 et 1968.

En mai 2011, l’Association Maitron Languedoc-Roussillon avait organisé une journée d’études portant sur le thème Réinventer la gauche en Languedoc-Roussillon 1945-1968. Mais ce n’est qu’au mois d’avril dernier que, sous la direction d’André Balent et Richard Vassakos, les débats ont été publiés. Ce dont on peut se féliciter car si la période historique étudiée peut apparaitre comme lointaine, l’étude de la crise institutionnelle de 1958 et de ses implications régionales ou celle de l’émergence d’une nouvelle gauche entre le Parti communiste et la SFIO ont parfois des résonances bien actuelles.

En effet, de la Libération jusqu’aux années 80, la gauche française a connu nombre de projets de rénovation ou de tentatives de rupture avec les organisations traditionnelles. C’est ainsi que, sous des sigles divers (MLP, UGS, PSA, PSU, CAP, CIR, IGCS, MIVOC, …), de nouvelles organisations politiques ont tenté de battre en brèche l’hégémonie du PCF et de la SFIO sur l’ensemble de la gauche française. Issues de la Résistance, de la gauche chrétienne, du trotskysme, rejointes par des déçus des partis traditionnels, ces tentatives ont connu un succès électoral très mitigé et n’ont jamais pu rivaliser avec l’emprise électorale des partis classiques. Pour autant, elles ont été une formidable école de formation pour de jeunes cadres politiques et ont introduit de nouveaux référentiels, mobilisé sur de nouveaux enjeux politiques, toutes choses qui s’exprimeront en particulier durant les événements de 1968.

La Nouvelle gauche des années 60…

Cet ouvrage permet aussi d’analyser les passerelles de solidarité qui s’établirent dans le bassin minier des Cévennes entre les communistes et les militants algériens de l’indépendance, ou encore d’étudier les liens furtifs qui s’établirent entre les nouvelles organisations politiques et le mouvement occitaniste.  Enfin, il enrichit les notices biographiques des militants de la Nouvelle gauche dans les Pyrénées-Orientales, notices établies dans le Dictionnaire biographque du mouvement ouvrier français (le fameux Maitron) en montrant, à travers les trajectoires individuelles des militantes et militants, comment s’est construite en rupture cette identité de gauche durant les Trente glorieuses.

Ce travail de mémoire vient donc compléter avec bonheur les recherches historiques permanentes menées par le Maitron Languedoc-Roussillon et son bulletin Le Midi Rouge.

J. F.

Réinventer le gauche en Languedoc-Roussillon 1945-1968. Publications de l’Olivier. 22 €.

 
Cet article est en lecture libre. Pour avoir accès à l'ensemble du site, merci de vous connecter ou vous inscrire

ARTICLES EN LIEN