LE TRAVAILLEUR CATALAN

Santé. Les médicaments doivent être un bien commun dans un monde de solidarité, de coopération, de fraternité et de liberté.

Des salarié(e)s de l’industrie pharmaceutique, professionnels de la santé, chercheurs, retraité.e.s, journalistes, sociologues, élu.e.s, syndicalistes, militant.e.s politiques ou associatifs, etc. viennent de s’organiser « pour une appropriation sociale du médicament ». Ils ont « décidé de contester la marchandisation de la santé et d’arracher les pouvoirs de décision pour répondre aux besoins universels de santé ». Pour commencer, ils travaillent sur cet outil de la marchandisation qu’est le brevet du médicament.

La recherche : un bien public

Ils sont inquiets et en colère devant « la financiarisation et la marchandisation croissante de la santé ». Leur but est en premier lieu de mettre « un terme à la confiscation des résultats de la recherche publique et des connaissances à des fins d’intérêts privés ». L’un des premiers verrous à faire sauter serait « le brevet sur le médicament, support de la monopolisation des big pharma, outil de la marchandisation et de la spéculation financière ». Ils veulent aussi, afin de répondre aux besoins universels de santé de l’humanité, « rompre avec la logique marchande et transférer aux citoyens les pouvoirs de décision ». Leur proposition est « une appropriation sociale et publique de l’ensemble de la chaîne du médicament, selon un nouveau modèle d’organisation de la recherche et de production de médicaments de qualité, efficaces, accessibles, dans une démarche de coopération solidaire, avec une pharmaco-vigilance active et des tests cliniques respectueux de la dignité et de l’intégrité des patients ».

La maîtrise du médicament

Leur première action est de publier un « Manifeste pour l’appropriation sociale du médicament »(*) exigeant l’abrogation des brevets. Ils invitent la population à réagir, à se prononcer, à formuler des questions et des propositions, pour enrichir et développer leur action, et à signer le manifeste, pour se joindre « aux personnes de toutes origines et de toutes sensibilités, constituant ainsi une chaîne active pour la santé de toutes et tous ».

Dominique Gerbault

(*) Rejoindre les signataires du manifeste : http://medicament-bien-commun.org/manifeste

 
Cet article est en lecture libre. Pour avoir accès à l'ensemble du site, merci de vous connecter ou vous inscrire

ARTICLES EN LIEN

Les urgences payantes - (c) DR. Hôpital. Désengorger les urgences en faisant payer, c’est la solution du gouvernement. L’avancée du désert médical oblige parfois à se précipiter au service des urgences de l’hôpital. Alors que la situation sanitaire est…

Les urgences payantes Lire la suite »

Et les vaccins ? - (c) Délgé. Santé. Le gouvernement prépare une campagne massive. Il est vrai qu’on ne se réveille pas tous les matins avec une pandémie. Il est tout aussi vrai qu’un gouvernement se doit d’avoir une politique…

Et les vaccins ? Lire la suite »

La recherche se cherche ! - Vaccin. La panique de nos dirigeants, la cacophonie des épidémiologistes, la course au vaccin, devraient nous questionner sur l’état de la recherche en France… Pour le syndicat national CGT des travailleurs de la recherche scientifique…

La recherche se cherche ! Lire la suite »