Actu Média

ligne déco
Sources : Libération

Adieu poissons, oiseaux, mammifères, amphibiens et reptiles : 60% des vertébrés ont disparu en 44 ans

 

D'après «l'indice planète vivante», calculé par la Société zoologique de Londres à partir de 4005 espèces entre 1970 et 2014, et révélé ce mardi dans un rapport de WWF, les populations d'animaux sauvages se sont effondrées. La dégringolade est encore plus marquée dans les…

séparation
Sources : l'Humanité

Le siège du PCF à Lyon attaqué par des fascistes

Le local départemental du Parti communiste a été dégradé mercredi, dans une ville où l’extrême droite agit en toute impunité.

séparation
Sources : Libération

LES ARCHÉOLOGUES, NOUVEAUX DAMNÉS DE LA TERRE

Si la loi d’août 2003 instaurant l’ouverture à la concurrence du marché de l’archéologie préventive a permis de créer des emplois, les conditions de travail se sont profondément dégradées. Rencontre en Haute-Savoie avec les prolétaires de la poussière.

 

séparation
Sources : Libération

«Tolérance zéro» aux Etats-Unis : l’avenir des familles immigrées en péril

La politique de Trump a déjà eu des conséquences dévastatrices pour les sans-papiers arrêtés récemment, notamment pour les enfants, qui ne sont pas certains de retrouver leurs parents.

 

séparation
Sources : Mediapart

Une journée d’études sur l’asile LGBT censurée à l’université de Vérone

En Italie aussi, les libertés académiques sont menacées, et la démocratie avec elles. L’extrême droite arrive à peine au pouvoir que les effets s’en font déjà sentir : sous la pression politique, le président de l’Université de Vérone décide la suspension d’une journée…

séparation
Sources : Nouvel Obs

Avec les migrants à Paris : "Je veux bien aller n'importe où, mais pas rester là"

Le ministre de l'Intérieur a annoncé l'évacuation "à bref délai" des différents camps de migrants parisiens où vivent près de 2.400 personnes. Reportage dans le 19e arrondissement.

 

séparation
Sources : Rue89

Attentat masculiniste de Toronto : " Les femmes disent maintenant qu’elles ont peur"

Mélissa Blais, chercheuse québécoise spécialiste de l'antiféminisme, revient sur l'attaque à la voiture bélier de Toronto.

 

séparation
Sources : Le Monde

Appel à cesser le travail à 15 h 40 et manifestations pour la journée des droits des femmes

Des associations et des syndicats ont voulu faire du 8 mars une journée de lutte pour rappeler les inégalités dont les femmes continuent d’être victimes.

 

Des mobilisations ont été organisées dans toute la France, jeudi 8 mars, y compris dans des…

séparation
Sources : Le Monde

Sans-abri : l’inquiétude des associations sur le maintien d’hébergements d’urgence

 Les SDF logés en urgence grâce au plan hivernal risquent de se retrouver à la rue à la fin du mois si aucune disposition n’est prise, alerte un collectif.
« C’est un compte à rebours infernal qui nous est actuellement imposé. » Florent Gueguen, directeur…

séparation
Sources : Mediapart

Les leçons du scrutin italien

Retour sur la victoire du Mouvement cinq étoiles en Italie, dimanche 4 mars, et ses conséquences pour l'Europe.

 

Le Mouvement Cinq Étoiles est le vainqueur des législatives du 4 mars 2018 en Italie, et l’extrême droite de la Ligue du…

séparation

Le De profundis de la Justice

1cde92ec099b0beba032bd19a1c3e655.jpg

Organisation judiciaire. Un projet de réforme présenté le 10 avril au Conseil des ministres, contesté par les professionnels.

Le projet de remodelage de la Justice a été présenté le 10 avril au Conseil des ministres. Les personnels de Justice (avocats, magistrats greffiers) sont très inquiets. Leurs syndicats ont déclaré refuser «de voir le gouvernement euthanasier une Justice qu’il ne veut pas se donner les moyens de soigner». Le 30 mars, ils ont observé une première journée « Justice morte » avec un renvoi de toutes les audiences, et se sont rassemblés devant les juridictions. à partir du 30 mars, ils ont cessé «tous les petits compromis quotidiens avec la loi permettant de maintenir le navire à flot alors qu’il souffre d’une insuffisance criante et chronique de moyens humains, matériels et technologiques (…)». Le 11 avril, ils ont tenu une deuxième journée « Justice morte », avec un rassemblement national à Paris. Pour leur part, les avocats se sont lancés dans un mouvement de grève perlée de deux jours par semaine en avril (4-5, 10-11, 16-17 et 26-27), durant laquelle ils sollicitent le renvoi systématique de toutes les audiences, ne participent plus à la chaîne judiciaire pour les désignations concernant notamment les garde à vue, et ont suspendu les consultations gratuites.

Mise en cause de la justice de proximité

Les personnels de justice dénoncent une régression des droits de la défense, via ce qu’ils désignent par un « sacrifice de l’oralité des débats », « la déjudiciarisation du contentieux au profit d’une justice privée et la suppression de l’accès au juge pour les justiciables... Le regroupement et spécialisation des juridictions qui les éloignent de la population ». En d’autres termes, il n’y aura plus de personnalisation des dossiers et le justiciable devra passer obligatoirement par des plates-formes de médiation et de concertation, qui sont des sociétés privées, susceptibles de faire faillite et sans assurance de suivi. Les juridictions seront saisies uniquement en ligne, ce qui posera des problèmes à certaines personnes âgées ou analphabètes et aux étrangers. Le procureur n’aura plus que 3 mois, au lieu de 6, pour se saisir des affaires. Et en cas de rejet de la requête, la plainte avec constitution de partie civile n’existera plus. Pour les divorces on va supprimer l’audience de conciliation. Il est prévu l’expérimentation d’un tribunal criminel pour juger, sur une journée d’audience maximum, des affaires passibles d’une peine inférieure à 20 ans de réclusion criminelle. La suppression des 307 tribunaux d’instance et de la fonction spécialisée de juge d’instance fait craindre une organisation judiciaire illisible et éloignée du citoyen, une déshumanisation de la justice, une privatisation du contentieux civil, une régression des droits de la défense, un recul du contrôle de la justice sur les atteintes aux libertés publiques, une suppression larvée du juge d’instruction et du juge de l’application des peines et une réduction de la collégialité.

Rédigé le 12/04/2018

Roger Hillel