Actu Média

ligne déco
Sources : Libération

Adieu poissons, oiseaux, mammifères, amphibiens et reptiles : 60% des vertébrés ont disparu en 44 ans

 

D'après «l'indice planète vivante», calculé par la Société zoologique de Londres à partir de 4005 espèces entre 1970 et 2014, et révélé ce mardi dans un rapport de WWF, les populations d'animaux sauvages se sont effondrées. La dégringolade est encore plus marquée dans les…

séparation
Sources : l'Humanité

Le siège du PCF à Lyon attaqué par des fascistes

Le local départemental du Parti communiste a été dégradé mercredi, dans une ville où l’extrême droite agit en toute impunité.

séparation
Sources : Libération

LES ARCHÉOLOGUES, NOUVEAUX DAMNÉS DE LA TERRE

Si la loi d’août 2003 instaurant l’ouverture à la concurrence du marché de l’archéologie préventive a permis de créer des emplois, les conditions de travail se sont profondément dégradées. Rencontre en Haute-Savoie avec les prolétaires de la poussière.

 

séparation
Sources : Libération

«Tolérance zéro» aux Etats-Unis : l’avenir des familles immigrées en péril

La politique de Trump a déjà eu des conséquences dévastatrices pour les sans-papiers arrêtés récemment, notamment pour les enfants, qui ne sont pas certains de retrouver leurs parents.

 

séparation
Sources : Mediapart

Une journée d’études sur l’asile LGBT censurée à l’université de Vérone

En Italie aussi, les libertés académiques sont menacées, et la démocratie avec elles. L’extrême droite arrive à peine au pouvoir que les effets s’en font déjà sentir : sous la pression politique, le président de l’Université de Vérone décide la suspension d’une journée…

séparation
Sources : Nouvel Obs

Avec les migrants à Paris : "Je veux bien aller n'importe où, mais pas rester là"

Le ministre de l'Intérieur a annoncé l'évacuation "à bref délai" des différents camps de migrants parisiens où vivent près de 2.400 personnes. Reportage dans le 19e arrondissement.

 

séparation
Sources : Rue89

Attentat masculiniste de Toronto : " Les femmes disent maintenant qu’elles ont peur"

Mélissa Blais, chercheuse québécoise spécialiste de l'antiféminisme, revient sur l'attaque à la voiture bélier de Toronto.

 

séparation
Sources : Le Monde

Appel à cesser le travail à 15 h 40 et manifestations pour la journée des droits des femmes

Des associations et des syndicats ont voulu faire du 8 mars une journée de lutte pour rappeler les inégalités dont les femmes continuent d’être victimes.

 

Des mobilisations ont été organisées dans toute la France, jeudi 8 mars, y compris dans des…

séparation
Sources : Le Monde

Sans-abri : l’inquiétude des associations sur le maintien d’hébergements d’urgence

 Les SDF logés en urgence grâce au plan hivernal risquent de se retrouver à la rue à la fin du mois si aucune disposition n’est prise, alerte un collectif.
« C’est un compte à rebours infernal qui nous est actuellement imposé. » Florent Gueguen, directeur…

séparation
Sources : Mediapart

Les leçons du scrutin italien

Retour sur la victoire du Mouvement cinq étoiles en Italie, dimanche 4 mars, et ses conséquences pour l'Europe.

 

Le Mouvement Cinq Étoiles est le vainqueur des législatives du 4 mars 2018 en Italie, et l’extrême droite de la Ligue du…

séparation

Nos remparts

102708e80d786254db6b0556c651b86d.jpg

Depuis des semaines, des mois, des années maintenant, j’alimente de mes humeurs une page du TC avec plaisir, avec la plus large latitude et parfois avec des échos favorables qui me sont toujours sensibles. J’y suis l’actualité politique, culturelle, sociale avec un œil que je tente de garder amusé et engagé, j’évite la critique méchante, même si le propos polémique n’est pas pour me déplaire, surtout pour dévoiler les manœuvres de tous ceux qui veulent nous convaincre que les vessies, c’est comme les lanternes, que les torchons et les serviettes, c’est kif-kif.

Je ne kiffe pas le kif-kif!

Avec la nouvelle ère Macron, ils tendent à proliférer et à jeter le plus grand trouble. Le ni-ni, ça veut dire que tout est pareil, la droite-la gauche, ceci-cela, patin-coufin, Johnny Hallyday-Mozart, la justice-l’injustice, la démocratie-son contraire…créant incompréhension, lassitude et énervement d’une opinion publique prête à sombrer dans l’apathie.

D’où au moment de prendre la plume (numérique), soyons moderne!, une bouffée d’hésitation, de doute… En remettre une couche sur les réformes-bidons, sur les mensonges claironnés avec assurance, sur les courtisans sans scrupules qui font les beaux pour un susucre, sur les possédants enorgueillis et divinisés qui se prennent pour les maîtres du monde. J’hésite, je geins, mais n’ayez crainte j’obtempère. Parce que j’obéis (j’ai horreur de ce mot) à une conviction profonde (là c’est une expression qui me va mieux): le désordre établi qui exclut la très grande majorité du peuple au nom de l’argent roi ne saurait être la fin de l’histoire. La lutte des classes a de beaux jours devant elle et la messe (laïque bien sûr!) n’est pas dite.

Des privilèges exorbitants

Ainsi de ce qui se dit aujourd’hui sur les ondes: l’opinion de ce pays serait très largement favorable à la fin du statut des cheminots: un tissu de privilèges exorbitants! Vous pensez, un emploi à vie dans le monde de la précarité généralisée, c’est outrecuidant, immoral et un très mauvais exemple. Vous pensez, un salaire, à peu près «normal» qui nourrit son homme et sa famille, dans la société des petits boulots très mal payés. Vous pensez, encore des droits sociaux, collectifs… A-t-on droit à des droits quand on travaille, quand on a la chance de travailler? Ils ne paient pas le train. C’est une honte!

Il n’est pas impossible que ces âneries-là soient partagées grâce à un bourrage de crâne bien organisé. Mais il n’y a pas d’âneries incurables. Des années d’enseignement et d’activités militantes en tous genres m’ont convaincu qu’il ne faut jamais désespérer de l’intelligence humaine, à condition de ne pas se laisser entraîner par tous les perroquets pusillanimes qui nous entourent et de faire appel à la clairvoyance de tous et de chacun par-delà les préjugés ancrés.

L’expérience des services publics

A condition de faire appel à leur expérience: l’expérience des services publics est, elle, incontournable, même si elle est devenue transparente. Mais observez les malades dans un hôpital, de jeunes élèves entourant leur maître, d’anciens adolescents se rappelant de leurs professeurs, des usagers recouvrant l’électricité grâce aux efforts des agents, des victimes secourues et protégées par des services de police.

A contrario observez ce qui se passe quand les services publics sont dans la panade comme lors des dernières intempéries sur l’autoroute: quelques centimètres de neige et c’est la cata…

Ce qui se joue

Parce que ce qui se joue aujourd’hui et demain va bien au-delà des cheminots, cela concerne tout un pan de notre histoire, de notre organisation sociale et du modèle sur lequel les luttes l’ont bâti, des valeurs de justice, de dévouement, de gratuité, de libre accès qui les fondent. La frénésie de réformes dont le pouvoir, le gouvernement se disent porteurs, par-delà les abus de vocabulaire qui voudraient que nous n’y percevions qu’une adaptation à des temps nouveaux est un travail de sape qui vise à ni-ni-veler et à détruire ce que collectivement nous avons construit. Nous l’avons dit précédemment pour le bac, menacé d’être réduit à plus rien. Nous pourrions le dire pour beaucoup de domaines, la santé, les droits sociaux, les retraites, la protection sociale, la formation. Les services publics sont des remparts… à défendre. Au moment où des peuples de par de monde nous les envient! Défendons ce qui nous appartient: ce qui est public est nôtre.

Rédigé le 09/03/2018

Jean-Marie Philibert.