Actu Média

ligne déco
Sources : l'Humanité

LE MESSAGE EXCLUSIF DE LULA AUX LECTEURS DE L’HUMANITÉ

Depuis sa prison, l’ancien président nous a fait parvenir ce texte où il remercie les marques de soutien et appelle à poursuivre la mobilisation pour sa libération et pour le respect de la démocratie au Brésil.

Le monde regarde aujourd’hui avec inquiétude…

séparation
Sources : l'Humanité

AFFAIRE LEGAY : « IL Y A UNE VOLONTÉ MANIFESTE DE CACHER LA VÉRITÉ »

Pour Arié Alimi, avocat de la militante pacifiste victime de violences policières, à Nice, le 23 mars dernier, les nombreux conflits d’intérêts dans cette enquête rendent impératif un dépaysement de l’affaire hors des Alpes-Maritimes.

Selon les révélations de nos confrères de…

séparation
Sources : Médiapart

Brexit: le sabotage de la volonté des citoyens

Autrefois, on employait le terme de spectacle – du latin spectaculum, « merveille à voir » – pour désigner une pièce de théâtre ou un événement particulièrement sensationnel, dont la vue était censée faire le régal du grand public. Parmi les différents sens historiques du mot,…

séparation
Sources : Médiapart

Palestine: l’arnaque historique du plan de paix américain

« L’accord du siècle » annoncé par Donald Trump devait rompre avec le consensus diplomatique traditionnel. Il va bien au-delà en niant la plupart des droits nationaux reconnus aux Palestiniens par la légalité internationale et les Nations unies, et en mettant un terme au projet…

séparation
Sources : Libération

Adieu poissons, oiseaux, mammifères, amphibiens et reptiles : 60% des vertébrés ont disparu en 44 ans

 

D'après «l'indice planète vivante», calculé par la Société zoologique de Londres à partir de 4005 espèces entre 1970 et 2014, et révélé ce mardi dans un rapport de WWF, les populations d'animaux sauvages se sont effondrées. La dégringolade est encore plus marquée dans les…

séparation
Sources : l'Humanité

Le siège du PCF à Lyon attaqué par des fascistes

Le local départemental du Parti communiste a été dégradé mercredi, dans une ville où l’extrême droite agit en toute impunité.

séparation
Sources : Libération

LES ARCHÉOLOGUES, NOUVEAUX DAMNÉS DE LA TERRE

Si la loi d’août 2003 instaurant l’ouverture à la concurrence du marché de l’archéologie préventive a permis de créer des emplois, les conditions de travail se sont profondément dégradées. Rencontre en Haute-Savoie avec les prolétaires de la poussière.

 

séparation
Sources : Libération

«Tolérance zéro» aux Etats-Unis : l’avenir des familles immigrées en péril

La politique de Trump a déjà eu des conséquences dévastatrices pour les sans-papiers arrêtés récemment, notamment pour les enfants, qui ne sont pas certains de retrouver leurs parents.

 

séparation
Sources : Mediapart

Une journée d’études sur l’asile LGBT censurée à l’université de Vérone

En Italie aussi, les libertés académiques sont menacées, et la démocratie avec elles. L’extrême droite arrive à peine au pouvoir que les effets s’en font déjà sentir : sous la pression politique, le président de l’Université de Vérone décide la suspension d’une journée…

séparation
Sources : Nouvel Obs

Avec les migrants à Paris : "Je veux bien aller n'importe où, mais pas rester là"

Le ministre de l'Intérieur a annoncé l'évacuation "à bref délai" des différents camps de migrants parisiens où vivent près de 2.400 personnes. Reportage dans le 19e arrondissement.

 

séparation

Fest in Pia un premier jour à la forte présence rock !

1c3a72e4686504b8f478ae9ba4761f1a.jpeg

Festival. Pour sa neuvième année, Fest in Pia s'est déroulé comme à l’accoutumée dans le centre de la ville au beau milieu du parc des Tilleuls. Retour sur la première soirée du 2 août.

Installé paisiblement sur les espaces de verdure au parc des tilleuls dans le centre de la ville de Pia, le public profitait du début de soirée avant que ne commencent les concerts.

Un démarrage modeste mais serein !

Une plateforme réservée au « All battle show », a été mise en place pour recevoir les 8 duos inscrits à la compétition de danse urbaine. Face à eux, un jury de trois danseurs-chorégraphes connus dans le département pour leur implication à transmettre la culture hip hop. Une belle mise en ambiance pour amorcer la partie musicale du festival avec le groupe Bess.

Bess, nous les connaissons dans les Pyrénées-Orientales. Nous les voyons évoluer et se renouveler, évitant ainsi de rester prisonniers des codes qui fonctionnent, au risque de tomber dans la redite. En formule réduite à trois, le groupe Bess a offert à fest in Pia une version inédite de leur univers avec une ambiance plus intimiste et acoustique.

Captiver l'attention du public, en première partie de soirée sous le soleil du jour n'était pas chose aisée. La timidité du public était telle que même les fameux guimmicks, habituellement repris en chœur, ont eu bien du mal à trouver écho. Mais Guillaume, le chanteur du groupe, ne s'est pas démoralisé… Guitare au bras, il est descendu de la scène pour se promener dans le public et l’entrainer à entonner avec lui des « lalalala » immersifs. Le défi relevé, le groupe Bess a enchaîné ses derniers morceaux en français. Des mots d'amour, la mélancolie des jours, mais surtout une profonde inspiration de vie, pour revivifier quelques âmes endormies…

La prestation terminée, nous retournons vers la plateforme de danse accueillant les quatre duos de danseurs finalistes pour déterminer les heureux gagnants de ce challenge.

La dynamite rock !

En deuxième partie de soirée Lys & Steve Hewitt, ont pris place sur la grande scène. Le son rock de Lys résonnait et commençait à imprégner les corps et les esprits. Le public clairsemé en ce début de soirée, nous faisait espérer que les pianencs et au-delà puissent ressentir les bonnes vibrations et entendre les percussions de la batterie de Steve Hewitt.

La qualité artistique était bien présente et on peut dire que côté programmation, jusque-là, aucune fausse note. Le public comme à son accoutumée était familial tout comme l'esprit de ce festival qui implique les jeunes de Pia.

Les mains de Nicolas, le chanteur de Lys, se mouvaient sur la guitare acoustique, tandis que sa voix s’élevait pour charmer les oreilles alentour. Steve quant à lui faisait opérer la magie des rythmes qui lui sont propres, en nous remémorant les sonorités du groupe Placebo. On peut également citer la bassiste et le guitariste électrique, faisant un ensemble à l’énergie sonore telle que nous pouvions l’espérer. Douceur, impression, vibration, autant de qualificatifs qui décrivent l'univers de Lys & Steve Hewitt. Un bon son pop rock de 10 ans d’âge, auquel nous pouvons souhaiter encore de belles années.

Ambiance plus colorée

Serane avec son rap, avait l'intention de réchauffer un peu plus l'ambiance. Les adeptes du genre se sont donné rendez-vous devant la scène. Un rap plutôt musical et tranquille de quoi ravir les adolescents. Un peu lover, dans les textes, Serane proposait un son suffisamment léger pour entretenir l'ambiance paisible.

Dans les allées, pendant que certains se restauraient, on pouvait en profiter pour rencontrer les trois militants de l’association Sos Méditerranée venus sensibiliser le public à la situation des migrants. Les activistes de l'antenne perpignanaise se sont rendus disponibles pour accueillir les personnes intéressées par la cause.

Entre-temps, le festival s'était rempli ne laissant que peu de places assises sur les zones de verdure. De quoi assurer un bel accueil au groupe A-Vox sur la scène principale. Anthéa au chant et piano et Virgile à la batterie. Le duo a démarré fort. Anthéa à l’énergie contagieuse a embarqué direct le public. Le jeune duo aime la performance et le fait avec un professionnalisme bluffant !

« Oh oh oh ohoh » Anthéa donnait la ligne de conduite au public pour qu’il soit complètement immergé. L’approche a fonctionné et le public s'est mis à jumper (sauter) dans la fosse. Les décibels poussées, A Vox s’est déchaîné et Anthéa n’hésitait pas un instant à jumper avec la foule.

La fosse irradiée par les sons électro, s'est laissée embarquer.

JOSMAN qui était attendu par le jeune public s'est largement fait désirer, par une mise en place technique tardive qui a cassé la dynamique installée. Avait-il préféré la distraction de la côte catalane à la contrainte horaire des balances ?!

Le décalage de la plage horaire du concert faisait que l’on espérait un artiste à la hauteur de l'attente. Visiblement le public non rancunier a apprécié son arrivée.

Les jeunes en première ligne connaissaient suffisamment les paroles pour suivre le flow du dénommé JOS. Sous les cris en délire et les bras en l’air, le public était déjà conquis. Les paroles, à l’écoute, évoquent le goût de l’artiste pour les produits illicites, les artifices féminins faisant passer les femmes pour des personnes aux mœurs légères… Il relate ses malaises et ses errances...

Rien de très positif en somme pour les pré-ados et ados, dont on pouvait espérer qu'ils n'en comprennent pas le sens... Des sujets quelque peu difficiles à entendre par des oreilles d’adultes qui savent bien de quoi il en retourne.

On pouvait finalement se projeter vers les prochains artistes qui seraient capables de ramener un peu de douceur et de candeur dans ce festival.
C’est le groupe The Sunvizors qui a eu pour mission de nous laisser sur de belles impressions pour ce premier jour. Bien qu’ayant subi une panne de leur véhicule à l’aller, les membres du groupe étaient bel et bien là. Pour les fans dans l’attente de leur passage, entendre Josman était un peu comme affronter les 12 travaux d’Hercule. Mais ils ont tenu le coup. L’énergie déployée par la chanteuse Joy et les musiciens ont su conquérir les cœurs et adoucir l’ambiance pour faire de la clôture de cette première soirée un instant de grâce. C’est finalement peut-être une bonne chose que The Sunvizors soit arrivé en retard !

Rédigé le 10/08/2019

Priscilla Beauclair