Actu Média

ligne déco
Sources : l'Humanité

LE MESSAGE EXCLUSIF DE LULA AUX LECTEURS DE L’HUMANITÉ

Depuis sa prison, l’ancien président nous a fait parvenir ce texte où il remercie les marques de soutien et appelle à poursuivre la mobilisation pour sa libération et pour le respect de la démocratie au Brésil.

Le monde regarde aujourd’hui avec inquiétude…

séparation
Sources : l'Humanité

AFFAIRE LEGAY : « IL Y A UNE VOLONTÉ MANIFESTE DE CACHER LA VÉRITÉ »

Pour Arié Alimi, avocat de la militante pacifiste victime de violences policières, à Nice, le 23 mars dernier, les nombreux conflits d’intérêts dans cette enquête rendent impératif un dépaysement de l’affaire hors des Alpes-Maritimes.

Selon les révélations de nos confrères de…

séparation
Sources : Médiapart

Brexit: le sabotage de la volonté des citoyens

Autrefois, on employait le terme de spectacle – du latin spectaculum, « merveille à voir » – pour désigner une pièce de théâtre ou un événement particulièrement sensationnel, dont la vue était censée faire le régal du grand public. Parmi les différents sens historiques du mot,…

séparation
Sources : Médiapart

Palestine: l’arnaque historique du plan de paix américain

« L’accord du siècle » annoncé par Donald Trump devait rompre avec le consensus diplomatique traditionnel. Il va bien au-delà en niant la plupart des droits nationaux reconnus aux Palestiniens par la légalité internationale et les Nations unies, et en mettant un terme au projet…

séparation
Sources : Libération

Adieu poissons, oiseaux, mammifères, amphibiens et reptiles : 60% des vertébrés ont disparu en 44 ans

 

D'après «l'indice planète vivante», calculé par la Société zoologique de Londres à partir de 4005 espèces entre 1970 et 2014, et révélé ce mardi dans un rapport de WWF, les populations d'animaux sauvages se sont effondrées. La dégringolade est encore plus marquée dans les…

séparation
Sources : l'Humanité

Le siège du PCF à Lyon attaqué par des fascistes

Le local départemental du Parti communiste a été dégradé mercredi, dans une ville où l’extrême droite agit en toute impunité.

séparation
Sources : Libération

LES ARCHÉOLOGUES, NOUVEAUX DAMNÉS DE LA TERRE

Si la loi d’août 2003 instaurant l’ouverture à la concurrence du marché de l’archéologie préventive a permis de créer des emplois, les conditions de travail se sont profondément dégradées. Rencontre en Haute-Savoie avec les prolétaires de la poussière.

 

séparation
Sources : Libération

«Tolérance zéro» aux Etats-Unis : l’avenir des familles immigrées en péril

La politique de Trump a déjà eu des conséquences dévastatrices pour les sans-papiers arrêtés récemment, notamment pour les enfants, qui ne sont pas certains de retrouver leurs parents.

 

séparation
Sources : Mediapart

Une journée d’études sur l’asile LGBT censurée à l’université de Vérone

En Italie aussi, les libertés académiques sont menacées, et la démocratie avec elles. L’extrême droite arrive à peine au pouvoir que les effets s’en font déjà sentir : sous la pression politique, le président de l’Université de Vérone décide la suspension d’une journée…

séparation
Sources : Nouvel Obs

Avec les migrants à Paris : "Je veux bien aller n'importe où, mais pas rester là"

Le ministre de l'Intérieur a annoncé l'évacuation "à bref délai" des différents camps de migrants parisiens où vivent près de 2.400 personnes. Reportage dans le 19e arrondissement.

 

séparation

LIVE AU CAMPO, une ouverture douce et généreuse

1ea3caba2de2919c69f56b652be7317b.jpg

Festival. Live au Campo a pris place le 19 juillet dans l’écrin historique de la cour de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste, pour une série de concerts jusqu’au 22 juillet.

Le Live au Campo a réalisé sa quatrième édition en devenant un rendez-vous annuel dans le site atypique et riche d'histoire de la Cathédrale Saint-Jean-Baptiste. Cette nouvelle édition était l'occasion de retrouver des artistes issus de la scène française, internationale et locale. En passant par le trip-hop, le reggae-pop, la rumba catalane, la musique des Balkans, le jazz vocal, le pop-rock et la variété française, la programmation avait de quoi combler le public venue en grand nombre.

Retour sur l’ouverture du festival avec Dhamma et UB40

Le 19 juillet a posé les bases de l’édition 2019, avec un programme nuancé de douceur, entre l'univers Trip-hop de Dhamma en première partie, suivi du reggae pop de UB40 un groupe mythique des années 80-90.

Dhamma a plongé le public dans un voyage sonore entre la musique électronique de khalil et la voix angélique de Sacha. La soirée a débuté avec poésie, accompagnée du témoignage de Sacha, dotée d'une conscience accrue pour le respect de notre planète. Une anecdote, où elle se rêvait en grande discussion avec la lune : « je regardais fixement le ciel et je voyais la lune râler. Elle disait « mais quel bordel vous mettez sur cette terre. C’est la seule qu'on a, il faut la préserver ! »

Comme une caresse Shacha a chanté « vieille lune » devant un public presque totalement installé. Tandis que les compositions de Dhamma faisaient hommage à notre terre et appellent à notre humanité, la musique s’élevait tel des mantras. On le sait la musique fait du bien aux sens, et si subtilement elle élève les consciences, ce n'est que mieux. En clôturant sur des remerciements chaleureux, les fans inconditionnels du groupe se sont régalés à l’idée de pouvoir écouter une dernière chanson phare.

Dhamma a brillé pour cette première partie, digne des grands, un groupe talentueux et prometteur à suivre !

L’attendu UB 40

Ce groupe de reggae pop mythique, qui n’en connaît pas les titres ?

Les huit musiciens, ont débuté par «come and take me", le public s'est replongé d’emblée dans les souvenirs des classiques. En suivant d’autres titres tout aussi connus. Entre des moments plus smooth ou entrainants, le public s’est laissé porter sur la vague, tout en dansant.

Les chanteurs n’ont pas perdu leur énergie après quarante ans, mais la sonorisation a permis de tenir les titres renforcés par la réverbe !

La convivialité était là, et l’échange avec le public opérait en enchaînant des musiques à faire chalouper la foule. Un jeu auquel le public s'est prêté volontiers. Le chanteur lui-même menait le rythme avec quelques pas subtilement placés. Les paroles à la portée clairement humaniste ont permis de se remémorer leurs engagements à l’époque de la politique de Thatcher, s’élevant toujours contre le racisme, la politique de migration et refusant de jouer dans des régions d’Afrique qui pratiquent l’apartheid…

Cette soirée a résonné des mots d'amour, de fraternité partagée, en plus du son excellent des cuivres.

UB 40, au contact du public venu danser en bord de scène a créé le lien pour offrir un final séduisant avec « Falling in love with you ».

Un début de festival réussi pour amorcer une série de concerts avec Los Graciosos, Ibrahim Maalouf et Haidouti Orkestrar, suivis des têtes d’affiche Joan Baez, Melody Gardot et Pascal Obispo.

Rédigé le 26/07/2019

Priscilla Beauclair